Médicaments princeps : désormais remboursés au prix des génériques


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Afin de favoriser le recours aux médicaments génériques, depuis le 1 er janvier 2020, une nouvelle modalité de prise en charge s’applique pour les médicaments princeps (= médicament de référence non générique).

Qu’est-ce qui change ?

Comme avant, les pharmaciens doivent proposer systématiquement un générique lorsqu’il en existe et le patient peut choisir le médicament princeps s’il le souhaite. En revanche, depuis le 1 er janvier 2020, lorsque le patient demande le médicament princeps, il n’est remboursé que sur la base du prix du générique le plus cher.

Y a-t-il des exceptions ?

Trois situations médicales très particulières ont été définies comme des exceptions pouvant justifier que les patients soient traités par un médicament princeps tout en étant remboursés en totalité alors que des génériques existent :

  • Médicaments « à marge thérapeutique étroite » : si le patient est traité et stable avec un médicament non générique, il est nécessaire d’assurer la stabilité de la dispensation,
  • Enfant de moins de six ans : la prise du princeps peut être nécessaire pour disposer d’une forme galénique adaptée,
  • Contre-indication formelle à un excipient à effet notoire présent dans tous les médicaments génériques et absent dans le médicament princeps.

Le médecin devra alors ajouter sur l’ordonnance la mention « non substituable » et en indiquer la raison.

Que faire si le pharmacien n’a pas de générique ?

Les pharmaciens étant livrés quotidiennement en médicaments, ils peuvent dispenser tout générique dans un délai maximal de 24 heures. Une exception ne pourra donc être faite qu’en cas de rupture d’approvisionnement nationale des génériques d’un médicament donné, ce qui est rare…

Les ordonnances antérieures au 1 er janvier 2020 sont-elles concernées ?

Les ordonnances antérieures au 1 er janvier 2020 ne sont pas concernées par cette nouvelle modalité de prise en charge.

Qu’en est-il de la stabilité de dispensation pour les plus âgés ?

Dans le cadre de leur convention nationale avec l’Assurance Maladie, les pharmaciens se sont engagés à toujours recommander le même générique aux personnes âgées de plus de 75 ans, pour ce qui concerne un certain nombre de molécules utilisées dans le traitement des pathologies chroniques.