Médiator® : l’heure du procès…


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le procès du Mediator®, antidiabétique des laboratoires Servier retiré du marché en 2010, s’est ouvert lundi 23 septembre 2019 au tribunal de grande instance de Paris. C’est un procès hors norme pour lequel près de 2700 victimes se sont déjà constituées parties civiles et 6 à 7 mois d’audiences sont prévues.

Le Médiator® est accusé d’avoir provoqué de graves maladies cardiaques et pulmonaires : les laboratoires Servier sont jugés pour homicides involontaires, blessures involontaires et tromperie.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) participera aux débats judiciaires afin de « concourir à la manifestation de la vérité et d’assumer sa responsabilité d’établissement public ». On rappelle que l’ANSM a été créée en 2011, en réponse à ce scandale du Médiator® afin de remplacer l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). L’objectif affiché de cette nouvelle structure était de « renforcer la sécurité sanitaire afin qu’une telle affaire ne puisse se reproduire ». Pour cela, l’ANSM affirme que « ses règles de gouvernance et de fonctionnement sont différentes de celles de l’Afssaps », « ses règles de déontologie et de gestion des conflits d’intérêt sont plus exigeantes en vue d’une parfaite transparence » et « des mesures extrêmement strictes visant à assurer son indépendance » ont été prises. Notamment, l’ANSM est censée ne recevoir aucun financement des industries de santé et celles-ci ne doivent participer à aucune instance de gouvernance.

Près de 10 ans après le retrait du Médiator®, l’ANSM attend de ce procès que « les souffrances des victimes et de leurs familles soient reconnues et que justice leur soit rendue ».