Médecins Sans Frontières publie un rapport sur la guerre au Yémen


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Médecins Sans Frontières (MSF) a averti que la guerre au Yémen empêche des femmes et des enfants de recevoir en temps utile des soins médicaux vitaux, ce qui contribue à accroître le nombre de décès.

Dans un nouveau rapport intitulé Une prestation de soins rendue compliquée (Complicated Delivery), MSF décrit les difficultés d’accès aux soins qu’ont les mères et les enfants de deux hôpitaux opérant dans des zones ravagées par la guerre : la banlieue Houban de Taïz et le district d’Abs dans le gouvernorat d’Hajjah. 

L’organisation a indiqué que le personnel médical et les patients doivent traverser des lignes de front et passer plusieurs points de contrôle pour parvenir aux hôpitaux en fonctionnement. La semaine dernière, un hôpital financé par MSF à Taïz a été contraint de suspendre temporairement ses activités en raison de nouveaux affrontements violents.

MSF a déclaré constater dès à présent les « conséquences mortifères » des difficultés à accéder aux soins médicaux. Le nombre d’enfants et de nouveau-nés arrivant morts à l’hôpital Mère-Enfant de Taïz Houban de MSF a augmenté, passant de 52 en 2016 à 103 en 2018. Entre 2016 et 2018, 860 décès ont été rapportés dans l’établissement à Taïz Houban et 705 à Abs. 

MSF a réitéré ses appels à tous les belligérants visant à assurer la protection des agents de santé et des autres civils, afin de permettre aux blessés et aux malades d’avoir accès aux soins et à assouplir les restrictions qui pèsent sur les organisations humanitaires.