Mastectomie : le type d'anesthésie a-t-il un impact sur le risque de récidive ?

  • Sessler DI & al.
  • Lancet
  • 18 oct. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Lors d’un traitement chirurgical du cancer, plusieurs facteurs peuvent entraver les défenses de l’hôte : la réponse au stress chirurgical, l’utilisation d’anesthésiques volatiles tel que le sevoflurane et l’administration d’opioïdes analgésiques. Des chercheurs ont souhaité évaluer si l’anesthésie et analgésie régionales par bloc paravertébraux et utilisation de propofol pouvaient limiter la récidive des cancers du sein par rapport à l’anesthésie générale par sevoflurane et opioïdes. Des résultats antérieurs in vitro et in vivo encourageants avaient incité à la mise en place de cette étude internationale, randomisée et contrôlée menée chez des femmes de moins de 85 ans devant subir une résection chirurgicale pour cancer du sein. Cependant, les résultats de cette dernière ne sont pas probants. Les auteurs préconisent de mener des études similaires mais sur des opérations induisant un stress chirurgical plus important et des douleurs plus intenses, nécessitant de fait un recours plus important aux opioïdes.

Principaux résultats

Au total 2.108 femmes ont été incluses dans les analyses (1.043 dans le groupe anesthésie-analgésie régionales et 1.065 dans le groupe anesthésie générale). Le suivi moyen était de 36 mois. La proportion de femmes ayant eu une récidive de cancer du sein était similaire dans les deux groupes (10% et 10%, p=0,84). Par ailleurs, la douleur au site d’incision et les douleurs neuropathiques liées au sein traité étaient similaires à 6 mois et à 12 mois dans les deux groupes. En effet, 52% des sujets de chaque groupe rapportaient des douleurs au site d’incision à 6 mois et 27-28% à 12 mois. Concernant les douleurs neuropathiques du côté du sein traité, elles étaient présentes chez 10% des femmes de chaque groupe à 6 mois et 7% à 12 mois. De fait, même la douleur n’était pas affectée par le choix de la technique d’anesthésie-analgésie.

La qualité de vie, évaluée par SF-12, n’était pas non plus différente entre les deux groupes.