MAPS II : mise à jour des recommandations relatives aux lésions gastriques prénéoplasiques

  • Pimentel-Nunes P & al.
  • Endoscopy
  • 6 mars 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Quatre sociétés européennes ont publié des recommandations mises à jour (MAPS II) concernant la prise en charge des patients présentant des pathologies et lésions précancéreuses.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cancer gastrique est souvent fatal lorsqu’il est diagnostiqué, c’est pourquoi un diagnostic et une prise en charge précoces sont essentiels.

Points clés

  • L’efficacité de l’endoscopie haute définition avec chromoendoscopie (CE) est supérieure à celle de l’endoscopie haute définition en lumière blanche pour le diagnostic de l’adénocarcinome gastrique et la stratification du risque des patients atteints d’une gastrite atrophique chronique ou d’une métaplasie intestinale (MI).
  • Une CE virtuelle peut cibler les lésions néoplasiques et guider les biopsies afin de déterminer le stade des changements atrophiques et métaplasiques. Deux sites (l’antre et le corps) doivent faire l’objet d’une biopsie et être marqués dans deux flacons séparés.
  • Aucune donnée probante n’appuie la surveillance d’une atrophie légère à modérée limitée à l’antre.
  • Dans le cas d’une MI ne touchant qu’un seul site et d’antécédents familiaux de cancer gastrique, de MI incomplète, ou de gastrite à Helicobater pylori persistante, les cliniciens pourraient avoir recours à la surveillance par CE et à des biopsies guidées à trois ans.
  • Une gastrite atrophique avancée doit être surveillée tous les trois ans par endoscopie de haute qualité.
  • Une dysplasie sans lésion définie par endoscopie doit être immédiatement réévaluée à l’aide d’une CE de haute qualité.
  • Les patients présentant une lésion visible par endoscopie et une dysplasie ou un carcinome de grade faible ou élevé doivent être évalués pour déterminer le stade et traités.
  • H. pylori doit être éradiqué dans le cas d’une gastrite chronique non atrophique et d’une néoplasie après un traitement endoscopique.
  • Le rapport coût-efficacité de l’identification et de la surveillance est favorable pour les patients présentant des pathologies gastriques précancéreuses dans des régions à risque intermédiaire à élevé.