Malignités à cellules B R/R : un nouvel inhibiteur de PI3Kδ permet d’obtenir un taux de réponse élevé

  • Forero-Torres A & al.
  • Blood
  • 25 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints de malignités à cellules B en rechute/réfractaires (R/R), le parsaclisib, un inhibiteur de la phosphatidylinositol 3-kinase δ (PI3Kδ), a permis d’obtenir un taux de réponse élevé et une tolérabilité prometteuse, avec une hépatotoxicité minimale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le parsaclisib est structurellement conçu pour éliminer les hépatotoxicités.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase I/II a été menée afin d’évaluer le parsaclisib chez 72 patients atteints de malignités à cellules B R/R.
  • Ce résumé ne concerne que le groupe recevant une monothérapie.
  • L’âge médian des patients était de 66 ans (intervalle : 30–89) ; 54 % avaient reçu au moins 3 traitements systémiques préalables et 29 % avaient fait l’objet d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques.
  • Types de maladies :
    • 8 % des patients étaient atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) ;
    • 32 % d’un lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) ;
    • 19 % d’un lymphome folliculaire (LF) ;
    • 14 % d’un lymphome de Hodgkin (LH) ;
    • 13 % d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) ;
    • 13 % d’un lymphome de la zone marginale (LZM).
  • Financement : Incyte Corporation.

Principaux résultats

  • Taux de réponse globale :
    • LLC : 33 % (IC à 95 % : 4–78 %) ;
    • LDGCB : 30 % (IC à 95 % : 13–53 %) ;
    • LF : 71 % (IC à 95 % : 42–92 %) ;
    • LH : 20 % (IC à 95 % : 3–56 %) ;
    • LCM : 67 % (IC à 95 % : 30–93 %) ;
    • LZM : 78 % (IC à 95 % : 40–97 %).
  • Aucun cas relevant de la loi de Hy, ni aucun arrêt du traitement en raison d’une hépatotoxicité n’ont été signalés.
  • Les événements indésirables graves rapportés comprenaient la diarrhée/colite (13 %), la pyrexie (6 %), l’hypotension (4 %) et le sepsis (4 %).

Limites

  • Échantillon de taille limité pour chaque type de maladie.