Maladies de la thyroïde : L’essentiel du mois de juillet 2016


  • Pavankumar Kamat
  • Monthly Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les meilleures nouvelles données probantes du mois sur les maladies de la thyroïde, juillet 2016

1. Les patients âgés présentent généralement moins de symptômes d’hypothyroïdie que les patients plus jeunes, ce qui suggère que même en cas de léger soupçon, le clinicien devrait prescrire des tests de la fonction thyroïdienne chez ces patients. Lire la suite ci-dessous.

2. Par rapport aux patients plus jeunes, les patients âgés atteints d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie présentent des symptômes moins nombreux et moins spécifiques qui peuvent être confondus avec les symptômes d’autres maladies chroniques. Lire la suite ci-dessous.

3. Contrairement aux personnes âgées, 80 % des enfants à qui des tests de la fonction thyroïdienne ont été prescrits en raison de légères anomalies du taux de TSH ou de T4 présentent des résultats normaux aux tests. Lire la suite ci-dessous.

Consulter l’essentiel du mois de juin sur les maladies de la thyroïde»
Consulter les articles d’hier de l’essentiel du mois sur l’insuffisance cardiaque»

1

Le score des symptômes d’hypothyroïdie n’est pas fiable chez les personnes âgées

Source : The American Journal of Medicine

Principaux résultats

  • Chez les jeunes patients, les symptômes associés à l’hypothyroïdie sont plus fréquents que chez les patients témoins âgés ayant été appariés.
  • Seuls trois symptômes (fatigue, essoufflement et respiration sifflante) se sont révélés être plus fréquents chez les patients âgés.
  • Les nombres moyens de symptômes présents à l’apparition de la maladie se sont respectivement révélés être de 6,2, 5 et 3,6 pour les groupes d’âge 0 à 49 ans, 50 à 59 ans et plus de 60 ans.
  • Dans la comparaison des patients jeunes et des patients âgés présentant 0 ou 1 symptôme, le RC pour l’hypothyroïdie s’est révélé être de 0,04 (IC à 95 % : 0,007–0,18), par rapport à 0,34 (IC à 95% : 0,15–0,78) (référence pour tous les autres groupes).
  • Dans la comparaison des patients jeunes et des patients âgés signalant 4 symptômes ou plus, le RC pour l’hypothyroïdie s’est révélé être de 16,4 (IC à 95 % : 6,96–40), par rapport à 2,22 (IC à 95 % : 1,001–4,90).

Conception de l’étude

  • Étude basée sur la population de l’hypothyroïdie.
  • Les chercheurs ont identifié les patients nouvellement diagnostiqués présentant une hypothyroïdie auto-immune manifeste au sein d’une population (n = 140 ; taux médian de TSH : 54,5 [IC à 95 % : 28,3–94,8] ; taux médian de T4 totale : 37 [IC à 95 % : 18–52]), et ont apparié chaque patient à quatre patients témoins sans maladie de la thyroïde (n = 560).
  • Les participants ont rempli des questionnaires sur les symptômes présents et leur durée.
  • Les chercheurs ont comparé la capacité des symptômes associés à l’hypothyroïdie à prédire les cas d’hypothyroïdie manifeste à différents âges (jeune âge : moins de 50 ans ; âge moyen : 50 à 59 ans ; âge avancé : 60 ans et plus).

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études en clinique indiquent que les patients plus âgés et atteints d’hypothyroïdie peuvent présenter des symptômes moins nombreux.

Résumé PubMed

2

Maladie de la thyroïde chez les personnes âgées

Source : International Journal of Surgery

Principaux résultats

  • Les symptômes et signes de l’hyperthyroïdie chez les patients plus jeunes comprenaient des tremblements, de la nervosité, une hyperhidrose, une hyperactivité, une hypocholestérolémie, un amaigrissement et une exophtalmie.
  • Les symptômes et signes prédominants de l’hyperthyroïdie chez les personnes âgées étaient de nature cardiovasculaire.
  • Les autres symptômes d’hyperthyroïdie chez les personnes âgées comprenaient la fatigue, l’anorexie, la perte de poids, l’apathie et la dépression.
  • Les patients âgés hypothyroïdiens présentaient de la fatigue, une prise de poids, de la constipation, des crampes musculaires et des changements au niveau de la peau.
  • La coexistence de plusieurs maladies chroniques ainsi que d’effets secondaires de médicaments peut imiter ou masquer les symptômes et signes d’hypothyroïdie chez les personnes âgées.
  • L’hypothyroïdie chez les personnes âgées se présente souvent sous une forme infraclinique.

Conception de l’étude

  • Étude menée à l’unité opératoire de chirurgie endocrinienne de la polyclinique G. Rodolico de Catane entre janvier 2008 et décembre 2014.
  • 1 362 patients ayant fait l’objet d’une thyroïdectomie pour différentes maladies thyroïdiennes.
  • Tous les patients ont été répartis ultérieurement en deux groupes, selon leur âge.
  • 328 patients âgés de 65 ans et plus ont été inclus dans le groupe A avec un rapport femmes/hommes de 3,6/1.
  • Le groupe B a inclus 1 034 patients de moins de 65 ans avec un rapport femmes/hommes de 3,2/1.

Pourquoi est-ce important ?

  • La présentation clinique des maladies thyroïdiennes chez les personnes âgées est non spécifique et peut être confondue avec des symptômes de maladies chroniques, ce qui conduit à un retard dans le diagnostic. 

Résumé PubMed

3

Dysfonction thyroïdienne chez les patients pédiatriques s’étant fait prescrire une évaluation endocrinienne

Source : Global Pediatric Health

Principaux résultats

  • 230 patients en tout.
  • Âge médian de 12 ans (écart : 2–18 ans) au moment de la prescription d’une évaluation endocrinienne ; 56 % de filles.
  • Le dépistage systématique est cité comme étant la raison à l’origine de la réalisation de tests de la fonction thyroïdienne (TFT) chez 33 % des patients.
  • La majorité des patients ont été évalués pour déceler une éventuelle hypothyroïdie (n = 206).
  • Un taux élevé de thyréostimuline s’est révélé être la raison la plus fréquente à l’origine de la prescription d’une évaluation endocrinienne (n = 140).
  • 41 patients sur 206 ont été traités pour des cas d’hypothyroïdie.
  • La prévalence de l’hypothyroïdie était de 20 %.
  • Le suivi de la fonction thyroïdienne n’est pas recommandé pour près d’un tiers des patients.
  • Des taux élevés de thyréostimuline et d’anticorps antithyroglobulines ont été fortement corrélés à la décision d’instaurer un traitement (P 

Conception de l’étude

  • Examen rétrospectif des dossiers des patients évalués dans un cabinet d’endocrinologie pédiatrique lors d’un examen clinique hebdomadaire visant à identifier les nouveaux cas de patients s’étant fait prescrire une évaluation endocrinienne en raison d’anomalies aux tests de la fonction thyroïdienne (TFT) en 2010.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les anomalies aux TFT sont une raison fréquente de la prescription d’une évaluation endocrinienne chez les patients pédiatriques.
  • De nombreuses anomalies de laboratoire ne nécessitent pas de traitement ou de suivi de la fonction endocrinienne.

Texte intégral libre