Maladie de Parkinson : de faibles taux de vitamine D sont liés à des symptômes non moteurs


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude suggèrent que de faibles taux de vitamine D chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson (MP) sont liés aux chutes et à certains symptômes non moteurs, les auteurs suggérant qu’une supplémentation en vitamine D pourrait constituer un traitement potentiel des symptômes non moteurs de la MP.

L’étude, publiée dans la revue Acta Neurologica Scandinavia, a inclus 182 patients atteints de la MP et 185 témoins en bonne santé. Les taux de 25-hydroxyvitamine D (25[OH]D) sérique et la densité minérale osseuse (DMO) ont été mesurés chez les participants. 

L’étude a révélé que les patients atteints de la MP avaient des taux de 25(OH)D sérique significativement plus bas, par rapport aux témoins en bonne santé. Les patients atteints de la MP avaient également une DMO moyenne significativement plus basse au niveau de la colonne lombaire et du col du fémur. 

Après une correction pour prendre en compte l’âge, le sexe et l’indice de masse corporelle, l’étude a révélé que les taux de vitamine D étaient significativement corrélés aux chutes, à l’insomnie, au score à l’indice de qualité du sommeil de Pittsburgh (Pittsburgh Sleep Quality Index) et aux scores de la dépression et de l’anxiété. 

Selon les auteurs, la découverte selon laquelle les taux de vitamine D et les symptômes cliniques étaient corrélés chez les patients atteints de la MP suggère que la vitamine D joue un rôle important dans la pathogenèse de la MP. 

« Étant donné que divers symptômes non moteurs font peser un fardeau sur les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et sur leurs soignants, la vitamine D pourrait être un traitement d’appoint potentiel pour améliorer ces symptômes négligés », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Chun-Feng Liu, du second hôpital affilié à l’Université Soochow, en Chine.