Maladie de Crohn : un nouveau biomarqueur composite de l’activité endoscopique

  • D'Haens G & al.
  • Gastroenterology
  • 8 nov. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Récemment une étude publiée dans la revue Gastroenterology a rapporté les performances d’un test sanguin mesurant 13 protéines différentes, intitulé score EHI (Endoscopic Healing Index) et permettant d’évaluer l’activité endoscopique de la maladie de Crohn. C’est une avancée de taille, les cliniciens attendant avec impatience dans ce domaine un test non invasif, qui pourrait s’affranchir du prélèvement des selles, permettre d’évaluer avec efficacité la rémission endoscopique et de surveiller les traitements. Le score EHI varie de 0 à 100, les scores les plus élevés correspondant à une maladie plus active. Une valeur seuil de 20 points (validée dans une première cohorte) a permis d’identifier des patients en rémission avec une sensibilité de 97,1% et une spécificité de 69,0%. En revanche, la validation de ce test dans une seconde cohorte a abouti à une moindre performance (sensibilité 83,2% et spécificité 36,6%). Comparativement aux autres tests disponibles, le test EHI s’est révélé aussi performant que la calprotectine dans les deux cohortes de validation, et supérieur à la CRP mais dans une seule cohorte de validation seulement. Ces résultats sont prometteurs mais interrogent sur la variation de performance entre les deux cohortes. Ainsi, plusieurs aspects liés à ce test mériteront des études complémentaires avant qu’il puisse être éventuellement utilisé en pratique courante en France, notamment la validation des performances dans d’autres cohortes, la définition de la valeur seuil optimale, les facteurs pathologiques et non pathologiques pouvant impacter les performances du test et le rapport coût/efficacité.

Méthodologie de la validation de ce test

La validation de ce test a consisté à identifier les patients ayant une maladie de Crohn active versusceux étant en rémission (définie par un score endoscopique (SEC-CD) ≤2 et ≤1 pour chaque segment ou un score endoscopique CDEIS

Résultats complémentaires

À une valeur seuil de score EHI de 50 points, la spécificité du test EHI a atteint 100% dans la cohorte 1 et 87,8% dans la cohorte 2, mais avec des sensibilités respectives médiocres, de 37,3% et 30,0%. L’aire sous la courbe permettant d’identifier les patients en rémission était de 0,962 dans la première cohorte et de 0,693 dans la seconde, quel que soit la localisation ou le phénotype de la maladie. Cette aire sous la courbe ne différait pas significativement de celle des patients en rémission identifiés par calprotectine fécale (respectivement 0,950 pour le test EHI et 0,923 pour la calprotectine, p=0,147 dans la cohorte 1 et 0,803 vs0,854, p=0.298 dans la cohorte 2). En revanche, elle était significativement supérieure par rapport à la CRP pour la cohorte 1 (0,876,