Maladie de Crohn : un indicateur prédictif de récidive post-chirurgie

  • Boube M & al.
  • Dig Liver Dis
  • 20 mai 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Une équipe française a tenté d’évaluer, chez des patients souffrant de maladie de Crohn, si la calprotectine fécale pouvait être un indicateur précoce de récidive de la maladie post-résection intestinale.

  • Ils ont démontré qu’une augmentation >10% de la calprotectine fécale dans les trois premiers mois post-résection intestinale constitue un critère prédictif pertinent de la récidive endoscopique de la maladie à 6 mois. 

Pourquoi ces résultats sont intéressants ?

La récidive d’une maladie de Crohn post-résection intestinale est malheureusement encore trop fréquente. Plusieurs facteurs ont été étudiés pour leur capacité à prédire une récidive, malheureusement leur performance n’était pas suffisante. La variation de la calprotectine fécale est un indicateur simple d’utilisation, non invasif, qui pourrait améliorer la prise en charge du patient.

Méthodologie

Il s’agit d’une analyse ancillaire d’une étude multicentrique, randomisée et contrôlée qui a suivi la calprotectine fécale chez des sujets atteints de maladie de Crohn durant les 3 premiers mois post-résection afin d’évaluer sa valeur prédictive d’une récidive endoscopique.

Les patients étaient traités par azathioprine 2,5 mg/kg/j associé à de la curcumine 3g/jour ou à un placebo. La calprotectine fécale était mesurée à l’inclusion, puis à un mois (M1) et trois mois (M3). La valeur prédictive d’une récidive endoscopique à six mois était définie par un score de Rutgeerts ≥i1b.

Principaux résultats

Les analyses ont montré que sur les 48 patients inclus : 

  • Les taux médians de calprotectine fécale étaient de 112 μg/g à l’inclusion, 100 μg/g à M1 et 100 μg/g à M3.
  • Aucune différence significative n’était perceptible en ce qui concerne le taux médian de calprotectine fécale à l’inclusion, à 1 et 3 mois entre les sujets qui ont eu une récidive de la maladie visible à l’endoscopie à 6 mois et les autres.
  • En revanche, la cinétique d’évolution de la calprotectine était significativement différente durant les 3 premiers mois entre les deux groupes. La variation médiane de calprotectine fécale entre 0 et 3 mois était plus importante chez ceux qui avaient une récidive post-opératoire à 6 mois.
  • Une augmentation de plus de 10% de la calprotectine fécale s’est révélée être le meilleur critère prédictif d’une récidive endoscopique à 6 mois (aire sous la courbe 0,73, sensibilité 64,7%, spécificité 87,5%, valeur prédictive négative 77,8% et valeur prédictive positive 78,6%).

Limitations 

Les mesures de calprotectine fécale n’ont pas été centralisées.