Maladie à virus Ebola : l’ECDC publie la première évaluation rapide des risques


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC) a publié sa première évaluation rapide des risques concernant la flambée de maladie à virus Ebola (MVE) en République démocratique du Congo (RDC). L’organisation affirme que même s’il existe un risque de propagation locale et régionale du virus, le risque qu’il se propage à l’échelle mondiale est limité.

Cette dernière flambée est la neuvième qui sévit en République démocratique du Congo (RDC) depuis la découverte du virus en 1976. Entre le 4 avril et le 20 mai 2018, un total de 49 cas confirmés, probables ou présumés et 26 décès ont été rapportés. 

L’ECDC a déclaré que les personnes se rendant dans les zones affectées doivent suivre des précautions de sécurité, comme éviter le contact avec les patients symptomatiques et les liquides organiques, se laver les mains régulièrement, éviter les rapports sexuels non protégés et éviter les habitats peuplés de chauves-souris. Selon l’agence, il existe un risque d’introduction du virus Ebola dans l’Union européenne/l’Espace économique européen (UE/EEE) par le biais des personnes ayant séjourné dans une zone récemment touchée et ayant développé des symptômes après être rentrées dans leur pays et par le biais des professionnels de santé infectés revenant d’une intervention contre une flambée de MVE. 

L’ECDC a indiqué qu’un traitement de soutien précoce peut améliorer les chances de rétablissement.