Maladie à COVID-19 s’apparentant à la maladie de Kawasaki chez les enfants : les éléments clés de la récupération cardiaque

  • Belhadjer Z & al.
  • Circulation
  • 17 mai 2020

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La décompensation cardiaque aiguë chez les patients pédiatriques atteints du COVID-19 est rare et le nombre d’interventions intensives nécessaires pourrait être inférieur en cas de prise en charge suffisamment rapide.
  • Auteurs : le traitement par immunoglobulines et stéroïdes est associé à une récupération rapide de la fonction systolique ventriculaire gauche (VG).
  • L’affection est à présent désignée sous le nom de « syndrome inflammatoire multisystémique de l’enfant » (Multisystem Inflammatory Syndrome in Children, MIS-C).

Pourquoi est-ce important ?

  • Auteurs : une insuffisance cardiaque aiguë/un choc cardiogénique observé(e) avec le MIS-C est probablement le résultat d’une sidération myocardique ou d’un œdème par opposition à des lésions inflammatoires du myocarde.
  • Un algorithme mis en œuvre pour faciliter la détection précoce semble fonctionner et réduire la proportion de cas sévères.

Principaux résultats

  • Âge médian lors de l’hospitalisation : 10 ans (intervalle : 2–16).
  • Délai écoulé entre les premiers symptômes du MIS-C et l’insuffisance cardiaque : période médiane de 6 jours.
  • Présentation : fièvre, faiblesse.
    • Certains enfants présentaient des ganglions lymphatiques gonflés, une éruption cutanée et d’autres signes apparentés à la maladie de Kawasaki.
    • Des manifestations gastro-intestinales (vomissements, diarrhée, douleur) ont été observées chez 80 % des enfants.
  • Près d’un tiers des enfants présentaient une fraction d’éjection VG inférieure à 30 %.
  • 80 % des enfants ont nécessité un soutien inotrope pour le choc cardiogénique.
  • 29 % des enfants ont reçu une oxygénation par membrane extracorporelle (tous ont été sevrés avec succès).
  • Les marqueurs inflammatoires étaient élevés et indiquaient un choc cytokinique.
  • 89 % des enfants étaient positifs au SARS-CoV-2.
  • Tous ont reçu des immunoglobulines par voie intraveineuse et un tiers d’entre eux ont également reçu des stéroïdes.
  • À la sortie de l’unité de soins intensifs (USI), 25 enfants sur 35 présentaient une récupération de la fonction VG.
  • Aucun anévrisme coronarien n’a été observé à ce jour.
  • Aucun décès n’a été rapporté et tous les enfants sauf un ont quitté l’USI.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit de séries de cas rétrospectives, dans 14 USI pédiatriques en France et en Suisse, sur la période allant du 22 mars au 30 avril 2020.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Étude observationnelle de petite taille.