Lynparza® : 1ère ATU de cohorte pour une extension d'indication


  • Fanny Le Brun
  • Actualités des médicaments
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La dernière loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 prévoit un nouveau dispositif en faveur d’un accès rapide et anticipé aux traitements innovants. C’est dans ce cadre que l’ANSM vient d’octroyer la première ATU de cohorte (ATUc) pour un médicament qui dispose déjà d'une AMM dans une indication différente. Grâce à cette première ATUc particulière, certaines patientes atteintes d’un cancer avancé de l'ovaire vont pouvoir bénéficier d'un traitement d’entretien par Lynparza® (olaparib) après une première ligne de chimiothérapie à base de platine.

Pour rappel, Lynparza® dispose d’une AMM en monothérapie pour le traitement d'entretien des patientes adultes atteintes d’un cancer épithélial séreux de haut grade de l'ovaire, des trompes de Fallope ou péritonéal primitif, récidivant et sensible au platine avec une mutation du gène BRCA (germinale et/ou somatique) et qui sont en réponse (complète ou partielle) à une chimiothérapie à base de platine.

Dans le cadre de l’ATU de cohorte, Lynparza® 100 mg et 150 mg comprimés peut être prescrit en traitement d’entretien, en monothérapie, des patientes adultes atteintes d’un cancer avancé épithélial de l'ovaire, des trompes de Fallope ou péritonéal primitif (stades FIGO III et IV) nouvellement diagnostiqué avec mutation des gènes BRCA1/2 et qui sont en réponse partielle ou complète à une première ligne de chimiothérapie à base de platine.

Grâce à cette ATUc, les patientes qui répondent à cette indication peuvent accéder à ce traitement innovant depuis le 11 mars 2019, sans attendre l’extension d’AMM européenne qui est en cours d’instruction depuis le 19 août 2018.