Lymphome T périphérique : un traitement d’association à base de bendamustine permet d’obtenir une rémission élevée et durable

  • Park BB & al.
  • Leuk Lymphoma
  • 6 juin 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement associant la bendamustine, le carboplatine et la dexaméthasone (BCD) a permis d’obtenir des taux élevés et durables de rémission complète chez des patients atteints de lymphomes T périphériques en rechute/réfractaires (LTP R/R).

Pourquoi est-ce important ?

  • La chimiothérapie à forte dose et l’autogreffe de cellules souches (AGCS) constituent une stratégie de rattrapage acceptable chez les patients éligibles atteints d’un LTP ; toutefois, le pronostic est défavorable chez les 60 à 70 % des patients qui ne sont pas éligibles à l’AGCS en raison de la progression de la maladie.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II BENCART a été menée sur le traitement d’association BCD chez 28 patients atteints d’un LTP R/R.
  • Les patients en rémission complète ou partielle (RC/RP) après deux cycles de BCD étaient éligibles à l’AGCS ; les autres patients pouvaient faire l’objet d’une AGCS après quatre cycles de BCD ou poursuivre par six cycles de BCD.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Réponse objective après deux cycles de BCD (R2) :
    • 54 % : 19 % de RC ; 35 % de RP.
  • Durée de réponse médiane après R2 : 5,3 mois (intervalle : 0,4–21,9).
  • Réponse objective après la fin du traitement prévu (Rmax) :
    • 54 % : 29 % de RC ; 25 % de RP.
  • SSP médiane :
    • 4,4 mois (IC à 95 % : 2,8–6,0) dans l’ensemble ;
    • 20,2 mois (intervalle : 6,3–20,5) avec le traitement d’association BCD suivi d’une AGCS ;
    • 12,4 mois chez les patients atteints d’un lymphome T angio-immunoblastique (LTAI).
  • Les toxicités de grade 3–4 (exprimées en pourcentage de 85 cycles) comprenaient la thrombopénie (39 %) et la neutropénie (18 %).

Limites

  • Protocole à groupe unique.