Lymphome primitif du SNC : l’ibrutinib permet d’obtenir un contrôle de la maladie favorable dans une étude de phase II

  • Soussain C & al.
  • Eur J Cancer
  • 3 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une monothérapie à base d’ibrutinib a démontré une activité clinique significative chez des patients atteints d’un lymphome primitif du système nerveux central (LPSNC) ou d’un lymphome primitif vitréo-rétinien en rechute/réfractaire (R/R).

Pourquoi est-ce important ?

  • Un traitement efficace des LPSNC nécessite des agents thérapeutiques capables d’atteindre les compartiments du parenchyme cérébral, du liquide céphalorachidien (LCR) et intraoculaires (IO).

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée afin d’évaluer l’ibrutinib en monothérapie chez 44 patients atteints d’un LPSNC ou d’un lymphome primitif vitréo-rétinien R/R.
  • L’âge médian des patients était de 70 ans (intervalle : 52–81).
  • Financement : Étude financée par Janssen ; sponsorisée par l’Organisme de recherche universitaire sur les lymphomes (Lymphoma Academic Research Organization).

Principaux résultats

  • Le taux de contrôle de la maladie était de 70 % chez les patients évaluables et de 62 % dans la population en intention de traiter (Intent-to-Treat, ITT).
  • Population ITT : taux de réponse globale de 52 % après deux cycles de 28 jours.
    • Le taux de réponse complète était de 19 %, le taux de réponse partielle de 33 % et le taux de maladie stable de 10 %.
  • La réponse clinique était indépendante des mutations génétiques associées à la voie BCR. 
  • L’ibrutinib a démontré une activité dans le cerveau, le compartiment intraoculaire et le liquide céphalorachidien. 
  • La SSP médiane était de 4,8 mois (IC à 95 % : 2,8–12,7).
  • La SG médiane était de 19,2 mois (IC à 95 % : 7,2–non atteinte).
  • Aucun cas d’hémorragie fatale n’a été signalé.
  • 4 % des patients ont présenté une aspergillose pulmonaire.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.