Lymphome indolent : le traitement initial sans chimiothérapie entraîne un effet durable

  • Lockmer S & al.
  • J Clin Oncol
  • 4 oct. 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement de première intention sans chimiothérapie par un schéma contenant du rituximab a entraîné un taux de SG de 75 % à 10 ans et de 66 % à 15 ans dans deux essais du Groupe nordique sur le lymphome (Nordic Lymphoma Group, NLG) menés auprès de patients atteints d’un lymphome à cellules β indolent.
  • 36 % des patients n’ont jamais nécessité de chimiothérapie durant le suivi médian de 10,6 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • La chimiothérapie peut être différée sans danger chez la plupart des patients.

Protocole de l’étude

  • Suivi de 321 patients atteints d’un lymphome indolent (84 % atteints d’un lymphome folliculaire [LF] ; le reste des patients étaient atteints d’un lymphome de la zone marginale, d’une petite leucémie lymphocytaire et d’un lymphome de faible grade non précisé) qui ont participé à l’un des deux essais contrôlés randomisés du NLG.
  • Tous les patients ont été affectés de manière aléatoire à la monothérapie par rituximab (1 ou 2 cycles de 4 perfusions hebdomadaires de 375 mg/m2) ou à l’association rituximab et interféron α-2a ; les deux groupes n’ont reçu aucune chimiothérapie.
  • Suivi médian de 10,6 ans.
  • Financement : Conseil du comté de Stockholm ; NLG ; Roche.

Principaux résultats

  • 73 % des 321 patients ont survécu à la fin du suivi, avec un taux de SG de 75 % à 10 ans et de 66 % à 15 ans.
  • La survie spécifique au lymphome à 10 ans (SSL) était de 81 % ; la SSL à 15 ans était de 77 %.
  • 36 % des patients n’ont jamais nécessité de chimiothérapie durant le suivi.
  • L’interféron n’a eu aucun effet sur la survie à long terme.
  • 20 % des 321 patients ont présenté une transformation de leur maladie en lymphome agressif (2,4 % par personne-année).
  • 12 % des 321 patients ont présenté une tumeur maligne supplémentaire.
  • Aucun problème majeur sur le plan de la sécurité d’emploi ne s’est produit.

Limites

  • Conception principalement rétrospective.