Lymphome folliculaire : un traitement d’entretien par rituximab permet d’obtenir un bénéfice de SSP durable à neuf ans

  • Bachy E & al.
  • J Clin Oncol
  • 24 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du suivi à long terme de l’essai PRIMA, les patients atteints d’un lymphome folliculaire (LF) non préalablement traité présentant une charge tumorale élevée, qui avaient reçu un traitement d’entretien par rituximab après une immunochimiothérapie d’induction, ont continué à maintenir une SSP significativement supérieure, comparativement au groupe observation, après 9,0 ans de suivi (intervalle : 0,0–11,5).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’essai PRIMA a établi la valeur d’un traitement d’entretien par rituximab pendant deux ans, après une immunochimiothérapie de première intention.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit des résultats de l’essai PRIMA après neuf ans de suivi.
  • L’essai PRIMA a évalué un traitement d’entretien par rituximab pendant deux ans, chez des patients atteints d’un LF non préalablement traité présentant une charge tumorale élevée, qui avaient répondu à une immunochimiothérapie de première intention contenant du rituximab.
  • 1 018 patients sont allés au bout du traitement d’induction ; 505 ont ensuite été affectés de manière aléatoire pour recevoir le traitement d’entretien par rituximab et 513 pour faire l’objet d’une observation.
  • Consentement pour le suivi prolongé : groupe rituximab (n = 309) ; groupe observation (n = 298).
  • Financement : Association de recherche sur le lymphome (The Lymphoma Study Association) ; F Hoffmann-La Roche ; Biogen Idec.

Principaux résultats

  • La SSP médiane était de 10,5 ans avec le traitement d’entretien par rituximab, contre 4,1 ans avec l’observation (rapport de risque [RR] : 0,61 ; IC à 95 % : 0,52–0,73 ; P 
  • L’estimation du taux de SSP à 10 ans était de 51,1 % avec le traitement d’entretien par rituximab, contre 35,0 % avec l’observation.
  • 24,4 % des patients ont présenté des événements indésirables de grades 3–4 avec le rituximab, contre 16,9 % avec l’observation.

Limites

  • Malgré une amélioration significative de la SSP avec le traitement d’entretien par rituximab, aucune différence significative n’a été observée entre les deux groupes au niveau de la SG au cours du suivi à long terme.