Lymphome de Hodgkin : une TEP-TDM intermédiaire a une forte valeur pronostique chez les patients âgés

  • Bentur OS & al.
  • Ann Hematol
  • 18 mai 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les résultats d’une tomographie par émission de positrons-tomodensitométrie intermédiaire (TEPi) étaient hautement prédictifs des résultats de survie chez les patients âgés atteints d’un lymphome de Hodgkin (LH) et pourraient permettre de guider le traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le besoin d’une méthode permettant de guider le choix du traitement dans ce contexte demeure insatisfait.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer la valeur prédictive de la TEPi chez 78 patients âgés atteints d’un LH.
  • L’âge médian des patients était de 68,7 ans (intervalle : 60–89).
  • 67 % des patients ont été traités avec le schéma ABVD (doxorubicine, bléomycine, vinblastine, dacarbazine).
  • Le score de Deauville (SD) a été utilisé pour évaluer les résultats de la TEP-TDM ; un SD compris entre 1 et 3 était défini comme négatif.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.  

Principaux résultats

  • Résultats globaux :
    • Le taux de SSP à 5 ans était de 72 % avec un SD de 1–3, contre 25 % avec un SD de 4–5 (P 
    • Le taux de SG à 5 ans était de 82 % avec un SD de 1–3, contre 45 % avec un SD de 4–5 (P 
    • La valeur prédictive négative de la TEPi était de 76 % avec un SD de 1–3.
    • La valeur prédictive positive de la TEPi était de 75 % avec un SD de 4–5.
  • Chez les patients traités avec le schéma ABVD :
    • Le taux de SSP à 5 ans était de 69 % avec un SD de 1–3, contre 14 % avec un SD de 4–5 (P 
    • Le taux de SG à 5 ans était de 87 % avec un SD de 1–3, contre 57 % avec un SD de 4–5 (P = 0,035).

Limites

  • Certains patients ont été traités avant l’utilisation des valeurs de fixation normalisées.