Lymphome de Hodgkin : la déficience en vitamine D affecte-t-elle les résultats ?

  • Borchmann S & al.
  • J Clin Oncol
  • 17 oct. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un lymphome de Hodgkin (LH), une déficience en vitamine D à l’inclusion était associée de manière significative à une réduction de la survie globale (SG) et du contrôle tumoral à long terme.

Pourquoi est-ce important ?

  • La déficience en vitamine D a été associée à l’incidence de plusieurs cancers, mais elle n’avait jamais encore été évaluée dans le cadre du LH.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les associations entre le taux de vitamine D avant le traitement et les résultats, chez 351 patients faisant l’objet d’un traitement de première intention, issus des essais cliniques du Groupe allemand de recherche sur le lymphome de Hodgkin (HD7, HD8 et HD9).
  • La déficience en vitamine D était définie comme un taux de 25-hydroxyvitamine D inférieur à 30 nmol/l.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 50 % des patients naïfs de traitement présentaient une déficience en vitamine D à l’inclusion.
  • 68 % des patients atteints d’une maladie en rechute/réfractaire présentaient une déficience en vitamine D à l’inclusion, contre 41 % des patients témoins sans rechute (P 
  • Une réduction significative de la survie sans progression (SSP) a été identifiée dans le cas d’une déficience en vitamine D à l’inclusion, comparativement à un taux suffisant ou insuffisant :
    • différence sur 5 ans : 10,2 % (IC à 95 % : 0,8–19,6 %) ;
    • différence sur 10 ans : 17,6 % (IC à 95 % : 6,9–28,4 %) ; rapport de risque (RR) de 2,13 (IC à 95 % : 1,84–2,48 ; P 
  • Une réduction significative de la SG a été identifiée dans le cas d’une déficience en vitamine D à l’inclusion, comparativement à un taux suffisant ou insuffisant :
    • différence sur 5 ans : 2,0 % (IC à 95 % : -5,3 % à 9,3 %) ;
    • différence sur 10 ans : 11,1 % (IC à 95 % : 2,1–20,2 %) ; RR de 1,82 (IC à 95 % : 1,53–2,15 ; P 

Limites

  • Données rétrospectives.