Lymphome de Hodgkin avancé : des données à cinq ans montrent une capacité prédictive limitée pour la TEP2

  • Stephens DM & al.
  • Blood
  • 22 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du suivi à 5 ans de l’étude SWOG S0816, portant sur une stratégie adaptée à la réponse, chez des patients atteints d’un lymphome de Hodgkin (LH) de stade avancé nouvellement diagnostiqué (ND), un résultat négatif lors de la deuxième tomographie par émission de positrons (TEP2) avait une faible valeur prédictive pour la SSP.

Pourquoi est-ce important ?

  • SWOG S0816 était la première étude de ce type à être publiée dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • Les résultats de l’étude SWOG S0816 ont été publiés après un suivi médian de 5,9 ans (intervalle : 0,2–8,3) de 331 patients atteints d’un LH de stade avancé ND, pour qui la TEP2 était évaluable.
  • Tous les patients avaient reçu deux cycles du schéma doxorubicine, bléomycine, vinblastine et dacarbazine (ABVD).
  • Les patients ayant obtenu une réponse complète (RC) lors de la TEP2 (score de Deauville inférieur ou égal à 3) ont reçu quatre cycles supplémentaires du schéma ABVD ; les autres ont reçu six cycles du schéma bléomycine, étoposide, doxorubicine, cyclophosphamide, vincristine, procarbazine et prednisone (eBEACOPP).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) ; Réseau national américain des essais cliniques (National Clinical Trials Network).

Principaux résultats

  • SSP estimée à 5 ans :
    • 24 % des patients obtenant un résultat négatif lors de la TEP2 ont présenté un événement de progression ; par conséquent, la SSP à 5 ans était de 76 % (IC à 95 % : 70–81 %).
    • Chez les patients obtenant un résultat positif lors de la TEP2 : la SSP à 5 ans était de 66 % (IC à 95 % : 52–76 %).
  • 14 % des patients traités par eBEACOPP ont présenté un deuxième cancer primitif, contre 2 % des patients traités par ABVD (P = 0,001).
  • La SG à 5 ans était de 94 % (IC à 95 % : 91–96 %).

Limites

  • Données rétrospectives.