Lymphome à cellules du manteau : l’ibrutinib montre un effet en pratique réelle

  • BSH 2020
  • 27 avr. 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un lymphome à cellules du manteau (LCM), l’ibrutinib est aussi efficace en pratique réelle que dans les essais cliniques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une analyse combinée de 3 essais portant sur l’ibrutinib a montré une survie sans progression (SSP) médiane de 12,5 mois et une survie globale (SG) médiane de 26,7 mois, chez les patients atteints d’un LCM en rechute/réfractaire.

Protocole de l’étude

  • Une analyse a été réalisée à partir des données issues de 35 hôpitaux NHS Trust concernant 185 patients ayant reçu de l’ibrutinib après une rechute sous traitement de première intention.
  • L’âge médian était de 73 ans, et 53,2 % des patients avaient présenté une progression sous 2 ans lors du traitement de première intention. 
  • Financement : aucun renseigné.

Principaux résultats

  • Au cours du suivi médian de 24 mois :
    • la SSP médiane était de 18,9 mois ; et
    • la SG médiane était de 23,9 mois.
  • Les facteurs prédictifs les plus solides de la SSP sont :
    • le score d’état général du Groupe coopératif d’experts en oncologie de la Côte Est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group) supérieur ou égal à 2 : rapport de risque (RR) de 2,14 (P = 0,001) ;
    • le délai jusqu’à la progression sous traitement de première intention inférieur à 24 mois : RR de 1,93 (P = 0,001).
  • 63,7 % des patients ont interrompu le traitement par ibrutinib ; parmi eux :
    • 69,1 % en raison d’une maladie progressive ;
    • 13,6 % en raison d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques de consolidation ;
    • 6,8 % en raison d’une toxicité médicamenteuse ;
    • 5,1 % en raison de comorbidités ; et
    • 12,7 % sont décédés pendant le traitement.
  • La SG médiane était de 1,2 mois chez les patients ayant arrêté l’ibrutinib en raison d’une progression, et de 9,3 mois chez les patients ayant ensuite reçu un autre traitement systémique.

Limites

  • Aucune voie thérapeutique n’a été établie pour les patients ayant progressé sous ibrutinib.