Lymphome à cellules du manteau : cartographie de l’évolution de la maladie sur plusieurs lignes de traitement

  • Kumar A & al.
  • Blood Cancer J
  • 20 mai 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des besoins thérapeutiques non satisfaits persistent chez les patients atteints d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) présentant un échec précoce du traitement ou des échecs de plusieurs lignes de traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude est unique de par la durée des données longitudinales modernes.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les résultats avec des lignes de traitement successives chez 404 patients atteints d’un LCM nouvellement diagnostiqué et suivis entre 2000 et 2014.
  • Financement : Centre de lutte contre le cancer Memorial Sloan Kettering (Memorial Sloan Kettering Cancer Center Support) ; Fondation George L. Ohrstrom Jr. (George L. Ohrstrom Jr. Foundation).

Principaux résultats

  • SG médiane par ligne de traitement :
    • première ligne : 116,3 mois (IC à 95 % : 99,1–145,9) ;
    • deuxième ligne : 41,1 mois (IC à 95 % : 31,1–54,5) ;
    • troisième ligne : 25,2 mois (IC à 95 % : 17,9–33,8) ;
    • quatrième ligne : 14,4 mois (IC à 95 % : 9,2–22,0).
  • SSP médiane par ligne de traitement :
    • première ligne : 47,4 mois (IC à 95 % : 40,5–56,5) ;
    • deuxième ligne : 14,0 mois (IC à 95 % : 9,7–16,0) ;
    • troisième ligne : 6,5 mois (IC à 95 % : 3,8–10,0) ;
    • quatrième ligne : 5,0 mois (IC à 95 % : 3,0–9,7).
  • La SSP médiane en cas d’échec tardif du traitement de première ligne était de 15,7 mois (IC à 95 % : 13,4–21,0), contre 9,7 mois (IC à 95 % : 4,9–15,2) en cas d’échec précoce du traitement de première ligne (P 
  • La SG médiane en cas d’échec tardif du traitement de première ligne était de 70,4 mois (IC à 95 % : 41,0–86,4), contre 29,9 mois (IC à 95 % : 26,4–41,1) en cas d’échec précoce du traitement de première ligne (P 

Limites

  • L’ibrutinib a été autorisé en 2013.