Lyme : la région PACA est aussi concernée

  • Sevestre J & al.
  • Ticks Tick Borne Dis

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En Europe de l’Ouest, le principal vecteur de la borréliose de Lyme est Ixodes ricinus. Il est réputé absent dans le pourtour du bassin méditerranéen français, étant donné le climat qui y règne, souvent décrit comme trop sec. Aussi, le risque de transmission de la maladie de Lyme y est souvent considéré comme nul. Le nombre de cas qui y sont recensés reste d’ailleurs faible, la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur ayant l’un des taux d’incidence les plus faibles de France.

Cependant, des cas ont été récemment rapportés. Aussi, des chercheurs ont conduit une analyse à partir de 1.232 tiques prélevées dans la région des Alpes-Maritimes entre 2017 et 2020, à des altitudes variant entre 450 et 1300 mètres (dont 107 apportés par des particuliers provenant essentiellement de l’est du département).

Parmi eux, 863 (soit 70%) étaient des Ixodes ricinus, trouvés dans diverses typologies de paysages, y compris secs. L’analyse des bactéries portées par les différentes espèces a mis en évidence des spirochètes du genre Borrelia (B. afzelii, B. garinii, B. burgdorferi s.s.). Le taux d’infection des tiques I. ricinus par Borrelia spp. était de 10,1%, soit un taux comparable à celui relevé dans d’autres régions de France actuellement sous surveillance. Les auteurs insistent sur le fait que les tiques infectées avaient pour la plupart été collectées aux abords immédiats de sentiers, suggérant donc une exposition immédiate au risque pour les promeneurs.