Lutte contre le sepsis : une journée mondiale à l’heure du COVID-19


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le sepsis est un état aigu de dysrégulation de la réponse de l’organisme à une infection (bactérienne, virale, fongique ou parasitaire) entraînant la perte de fonction des organes et un risque vital pour le patient. Depuis le mois de mars, l’épidémie de COVID-19 a été une illustration parlante de cet enjeu sanitaire, avec des cas sévères associés à la perte de contrôle de la réponse de l’organisme, une réponse inflammatoire généralisée, un dysfonctionnement des organes, et parfois le décès.

On estime que près de 11 millions de décès sont liés annuellement au sepsis. Aussi, le 13 septembre de chaque année, la journée mondiale contre le sepsis est l’occasion d’une prise de conscience collective et d’une meilleure articulation de la prévention et du traitement.

Cette année, le ministère des Solidarités et de la Santé rappelle qu’il mène plusieurs travaux visant à améliorer la surveillance des cas de sepsis sur le territoire, la connaissance du public sur le sepsis, et la formation des professionnels de santé, ainsi que la prévention, le dépistage et le traitement, en collaboration avec les sociétés savantes et l’association de patients France Sepsis Association.

Il rappelle que l’an dernier à la même date, et suite à une lettre de mission du Directeur général de la santé, le Pr Djillali Annane a remis son rapport « Sepsis - tous unis contre un fléau méconnu », rédigé avec toutes les sociétés savantes concernées. Celui-ci comporte 10 préconisations, détaillées en différents types d’actions, et visant à améliorer l’état des lieux en France :

  • Définir un parcours de soins spécifique pour le sepsis

  • Sensibiliser le grand public par l’élaboration d’un programme de communication sur le sepsis

  • Sensibiliser l’ensemble des professionnels de santé par l’élaboration d’un programme de communication sur le sepsis

  • Dispenser à tous les étudiants de 3ème cycle un enseignement socle sur le sepsis

  • Dispenser à tous les professionnels de santé une formation sur le sepsis

  • Créer les conditions nécessaires au financement de la recherche sur le sepsis

  • Créer les conditions nécessaires au dynamisme de la recherche translationnelle et clinique sur le sepsis

  • Promouvoir la recherche en santé publique et en sciences sociales sur le sepsis

  • Définir le sepsis comme une catégorie majeure de diagnostic dans le cadre du codage appliquant la classification internationale des maladies

  • Mettre en place un suivi épidémiologique national du sepsis

Ce rapport et ces préconisations restent plus que jamais d’actualité.