Lutte contre la lombalgie : les employeurs mis à contribution

  • Xavier Bataille

  • JIM Actualités métier
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Paris, le jeudi 8 novembre 2018 - Selon l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), deux salariés sur trois ont déjà souffert, souffrent ou souffriront un jour d'une lombalgie. Le coût représenté par cette pathologie, en termes d'arrêt de travail, est estimé à 1 milliard d'euros chaque année (12,2 millions de journées de travail, soit 57000 équivalents temps plein).
Cinq secteurs d'activité sont particulièrement concernés : le transport et la logistique, le bâtiment, l'aide et les soins à la personne, la gestion des déchets et le commerce. Dans le secteur des services à la personne par exemple, la part des lombalgies dans les motifs d'arrêt de travail s'élève à 31 %, contre 20 % pour la moyenne nationale.
Dans ce contexte, après sa campagne destinée au grand public : « mal de dos ? Le bon traitement, c'est le mouvement », la CNAM s'adresse désormais aux employeurs pour les sensibiliser à la lombalgie et à ses conséquences et les accompagner dans leurs démarches de prévention.
Le slogan de cette campagne « employeurs, faites du bien à votre entreprise, agissez contre le mal de dos » donnera notamment lieu à la publication de fiches sectorielles listant les actions de prévention à mettre en œuvre.
La CNAM va également développer l'action TMS pro qui a accompagné l'année dernière près de 8000 entreprises. Les actions dans ce sens vont pouvoir être renforcées grâce à une augmentation des fonds alloués (plus de 100 millions d'euros).
A ce titre, « plusieurs pistes sont à envisager pour prévenir le mal de dos : aménager les postes, réorganiser le travail, mais aussi former les personnels concernés », souligne Hervé Laubertie, responsable prévention des risques professionnels à la direction des risques professionnels de la CNAM.

Suivons Saint Joseph !