Lupus cutané néonatal : Intérêt de l’exposition in utero à l’hydroxychloroquine

  • Barsalou J & al.
  • Ann Rheum Dis
  • 1 déc. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Univadis Résumés Cliniques
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude multicentrique cas-témoins réalisée à partir de 122 enfants présentant un lupus néonatal et 434 sujets témoins nés de mères souffrant da maladie rhumatologique systémique auto-immune et porteuses d’anticorps anti-Ro±anti-La au moment de la grossesse, montre qu’une exposition à l’hydroxychloroquine (HCQ) in utero serait associée à une réduction du risque de lupus cutané néonatal (LNc). 

  • Au total, 16% des cas de LNc ont été exposés à l’HCQ contre 34% des sujets contrôles. L’exposition à l’HCQ était associée à une réduction du risque de LNc.
  • Le sexe féminin et l’exposition aux anticorps anti-La étaient deux facteurs associés à une augmentation significative du risque de LNc.
  • Les analyses limitées aux femmes ayant un lupus érythémateux systémique ainsi qu’à celles ayant développé un rash dans le précédent mois montraient que l’exposition à l’HCQ réduisait significativement le risque de LNc par rapport aux sujets contrôles (odds ratio (OR) 0,4 [0,2-0,7], p
  • Par ailleurs, et bien que la significativité statistique n’ait pu être atteinte, l’apparition des symptômes du LNc était retardée chez les enfants ayant été exposés à l’HCQ in utero par rapport aux autres : 6,0 semaines versus 4,4 semaines, mais la différence n’était pas statistiquement significative (p=0,21).

En quoi cette étude pourrait-elle impacter la pratique ?

Le lupus néonatal est une affection rare touchant certains nouveau-nés. Il s'agit d'une maladie autoimmune associée à un passage à travers le placenta d'anticorps spécifiques anti-Ro±anti-La. L’atteinte cutanée est l’une des principales conséquences non cardiaques du lupus néonatal, touchant entre 5 et 16% des enfants exposés aux auto-anticorps maternels précités. L’HCQ est un traitement fréquemment utilisé chez les femmes souffrant de maladie rhumatismale autoimmune. Des données encourageantes montrent que l’HCQ réduirait le risque d’atteintes cardiaques du lupus néonatal. De fait, il était intéressant d’évaluer l’impact de ce traitement sur les atteintes non cardiaques, afin éventuellement de pouvoir en pratique limiter les cicatrices permanentes liées à celles-ci (télangiectasies, atrophies épidermiques et pigmentations cutanées).

Principales limitations

L’observance des mères au traitement n’a pas été évaluée.