LP primaire : une étude identifie les facteurs prédictifs indépendants de la survie

  • Br J Haematol

  • de David Reilly
  • Lecture critique
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie à plasmocytes primaire (LPp), les résultats pourraient être optimisés grâce à la réalisation directe d’une greffe de cellules souches autologue (GCSA) ainsi qu’à de nouvelles approches, notamment les inhibiteurs du protéasome et les immunomodulateurs.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données sur les caractéristiques cliniques et les résultats des patients atteints d’une LP sont limitées.

Conception de l’étude

  • Étude multicentrique visant à examiner les caractéristiques cliniques, les résultats et les facteurs de pronostic de 117 patients atteints d’une LPp.
  • Âge médian : 61 ans (intervalle : 27 à 85 ans).
  • Financement : non communiqué.

Principaux résultats

  • Suivi médian de 50 mois (IC à 95 % : 33–76 mois).
  • Taux de réponse globale de 78 %.
  • 21 % de réponse complète, 22 % de très bonne réponse partielle, 36 % de réponse partielle et 22 % d’absence de réponse.
  • SG médiane de 35 mois (IC à 95 % : 24,3–46 mois) chez les patients ayant directement reçu une GCSA, contre 13 mois (IC à 95 % : 6,3–35,8 mois) chez les patients n’en ayant pas reçu (P logarithmique par rangs < 0,001).
  • Trois facteurs prédictifs indépendants de survie inférieure ont été identifiés dans le cadre d’une analyse multivariée : l’âge supérieur ou égal à 60 ans, la numération plaquettaire inférieure ou égale à 100 x 109/l, et la numération des plasmocytes dans le sang périphérique supérieure ou égale à  20 x 109/l.
  • SG médiane de 46 mois (IC à 95 % : 33 mois–non atteinte) chez les patients ne présentant aucun facteur prédictif indépendant, de 27 mois (IC à 95 % : 14–41 mois) chez les patients présentant un facteur prédictif indépendant, et de 12 mois (IC à 95 % : 6–20 mois) chez les patients présentant deux à trois facteurs prédictifs indépendants.

Limites

  • Données rétrospectives.