LNHi réfractaire : le duvélisib permet d’obtenir un TRG de 47 % dans l’étude de phase II DYNAMO

  • Flinn IW & al.
  • J Clin Oncol
  • 11 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le duvélisib a montré une efficacité, un profil de sécurité favorable et une administration pratique chez les patients atteints d’un lymphome non hodgkinien indolent (LNHi) réfractaire aux traitements standards.

Pourquoi est-ce important ?

  • De nouvelles alternatives sont nécessaires dans ce contexte, pour les patients plus âgés intolérants aux traitements agressifs.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II DYNAMO a évalué le duvélisib chez 129 patients atteints d’un LNHi en rechute et réfractaire aux traitements standards.
  • 85 % des patients étaient atteints d’un LNHi de stade III ou IV.
  • Les patients avaient reçu un nombre médian de 3 schémas préalables (intervalle : 1–18).
  • Financement : Infinity Pharmaceuticals, Verastem Oncology.

Principaux résultats

  • Réponses évaluées par un comité de revue indépendant :
    • taux de réponse globale (TRG) de 47 % (IC à 95 % : 38–56 %) ;
    • 42,2 % (IC à 95 % : 31,4–53,5 %) chez les patients atteints d’un lymphome folliculaire ;
    • 67,9 % (IC à 95 % : 47,6–84,1 %) chez les patients atteints d’un petit lymphome lymphocytaire ;
    • 38,9 % (IC à 95 % : 17,3–64,3 %) chez les patients atteints d’un lymphome de la zone marginale.
  • Durée médiane de réponse de 10 mois (IC à 95 % : 6,5–10,5).
  • SSP médiane de 9,5 mois (IC à 95 % : 8,1–11,8).
  • SG médiane de 28,9 mois (IC à 95 % : 21,4–non estimable).
  • Les événements indésirables (EI) de grade 3 ou supérieur les plus fréquents comprenaient une neutropénie (24,8 %), une diarrhée (14,7 %), une anémie (14,7 %) et une thrombopénie (11,6 %).
  • Les EI non hématologiques de grade 3 ou supérieur les plus fréquents comprenaient une élévation du taux de lipase sérique (7 %), du taux d’alanine transaminase (5,4 %) et du taux d’aspartate transaminase (3,1 %).

Limites

  • Étude en ouvert et à bras unique.