LNHi/LCM : une étude portant sur les SNP apporte un éclairage sur l’hétérogénéité des résultats du traitement par BR

  • Cencini E & al.
  • Br J Haematol
  • 11 sept. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  •  Chez les patients atteints d’un lymphome non hodgkinien indolent (LNHi) ou d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) recevant un traitement de première ou de deuxième intention par bendamustine et rituximab (BR), les polymorphismes nucléotidiques simples (Single-Nucleotide Polymorphisms, SNP) n’étaient pas associés aux résultats d’efficacité.
  • Un SNP du gène de l’IL2 (rs2069762) était associé de manière significative à la survenue d’une éruption cutanée liée à la bendamustine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Certaines études ont rapporté d’importantes variations de l’efficacité et de la sécurité d’emploi du traitement par BR dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer l’association entre les SNP et l’efficacité et la sécurité d’emploi du traitement par BR chez 70 patients atteints d’un LNHi ou d’un LCM, inaptes à recevoir un traitement à dose élevée.  
  • 53 patients ont reçu le traitement par BR en première intention, et 17 en deuxième intention.
  • L’âge médian des patients était de 69,5 ans.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.  

Principaux résultats

  • Taux de réponse globale de 97,1 %.
  • Taux de réponse complète de 73,9 %.
  • Taux de SSP estimée à trois ans de 66,7 %.
  • Aucune association significative n’a été identifiée entre les SNP évalués et les résultats d’efficacité.
  • Une association significative a été identifiée entre un SNP du gène de l’IL2 (rs2069762) connu pour réduire la production d’IL2 et entraîner l’apparition d’une éruption cutanée liée à la bendamustine (RC : 13,959 ; IC à 95 % : 4,2639–45,7 ; P = 0,0001).
  • Sur le plan histologique, cette association a été confirmée chez les patients atteints :
    • d’un lymphome folliculaire (P = 0,001) ;
    • d’un lymphome lymphoplasmocytaire (P = 0,03) ; et
    • d’un LCM (P = 0,02).

Limites

  • Étude monocentrique à groupe unique.