LNHi/LCM : le suivi à cinq ans de l’étude BRIGHT appuie l’utilisation de BR en première intention

  • Flinn IW & al.
  • J Clin Oncol
  • 27 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Au cours des cinq ans de suivi de l’étude BRIGHT menée auprès de patients atteints d’un lymphome non hodgkinien indolent (LNHi) ou d’un lymphome à cellules du manteau (LCM) non préalablement traité, un traitement de première intention par bendamustine et rituximab (BR) a permis d’obtenir une amélioration du contrôle à long terme de la maladie, comparativement à l’association rituximab, cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine et prednisone (R-CHOP)/rituximab, cyclophosphamide, vincristine et prednisone (R-CVP).

Pourquoi est-ce important ?

  • L’étude BRIGHT a rempli son objectif principal, qui était de démontrer la non-infériorité de BR, comparativement à R-CHOP/R-CVP, en termes de réponse complète (P = 0,0225).

Protocole de l’étude

  • Il s’agit des cinq années de suivi de l’étude BRIGHT, menée afin d’évaluer un traitement de première intention par BR (n = 224), comparativement à R-CHOP (n  = 104) ou R-CVP (n = 119), chez des patients atteints d’un LNHi (n = 371) ou d’un LCM (n = 74).
  • La durée de suivi médiane dans le groupe BR était de 65,0 mois (intervalle : 1,9–70,9) ; elle était de 64,1 mois (intervalle : 0,8–68,2) dans le groupe R-CHOP/R-CVP.
  • Financement : Teva Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • SSP à 5 ans : 65,5 % avec BR, contre 55,8 % avec R-CHOP/R-CVP (RR : 0,61 ; IC à 95 % : 0,45–0,85 ; P = 0,0025) ;
  • SG à 5 ans : 81,7 % avec BR, contre 85,0 % avec R-CHOP/R-CVP.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de la SG entre les différents groupes de traitement, ni entre les patients recevant (P = 0,2973) ou non (P = 0,4550) un traitement d’entretien par rituximab.
  • Les résultats en matière de survie sans événement penchaient en faveur de BR (RR : 0,63 ; IC à 95 % : 0,46–0,84 ; P = 0,0020).
  • La durée de la réponse penchait en faveur de BR (RR : 0,66 ; IC à 95 % : 0,47–0,92 ; P = 0,0134).
  • 37 patients recevant BR ont développé une tumeur secondaire après 6 mois, contre 21 patients recevant R-CHOP/R-CVP (P = 0,022 pour l’ensemble des patients).

Limites

  • Aucune revue par un comité de revue indépendant.