LNH : une étude identifie deux facteurs de risque de réactions liées à la perfusion de rituximab

  • Kowalski KE, et al.
  • Clin Lymphoma Myeloma Leuk
  • 1 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’hémopathies malignes, un poids corporel réel accru et une atteinte confirmée de la moelle osseuse étaient des facteurs prédictifs positifs significatifs de réactions liées à la perfusion (RLP) de rituximab.  

Pourquoi est-ce important ?

  • Les RLP font partie des événements indésirables les plus fréquents chez les patients recevant du rituximab.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les caractéristiques des patients et de la maladie afin d’identifier les indicateurs prédictifs des RLP avec la première dose de rituximab, chez 109 patients adultes atteints d’hémopathies malignes.
  • Tous les patients ont reçu 375 mg/m2 de rituximab, sous forme de perfusion instaurée à un débit de 50 mg/heure ; le débit de perfusion augmentait par palier de 50 mg/heure selon la tolérance, jusqu’à un débit maximum de 400 mg/heure.
  • 96,3 % des patients présentaient un lymphome non hodgkinien (LNH), dont 77,1 % avaient reçu un diagnostic de lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 28,4 % des patients ont présenté une RLP ; tous les cas étaient de grade 2 en termes de sévérité.
  • À l’analyse multivariée, les facteurs prédictifs positifs significatifs de RLP comprenaient les suivants :
    • Poids corporel réel accru (rapport de cotes [RC] : 1,06 ; IC à 95 % : 1,01–1,1 ; P = 0,01).
    • Atteinte confirmée de la moelle osseuse (RC : 8,87 ; IC à 95 % : 2,06–38,15 ; P = 0,003).
  • Parmi les patients présentant une RLP en réponse à la première dose, 3,2 % ont réagi à la deuxième dose et 6,4 % à la troisième.

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Données rétrospectives.