LNH à cellules B agressif : l’association pixantrone et rituximab permet d’obtenir une amélioration non significative de la SSP

  • Pettengell R & al.
  • Br J Haematol
  • 27 déc. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un lymphome non hodgkinien (LNH) agressif ayant rechuté après avoir reçu au moins un schéma à base de rituximab, et ne pouvant pas faire l’objet d’une greffe de cellules souches (GCS), l’association pixantrone et rituximab a montré une amélioration non significative de la SSP médiane, comparativement à l’association gemcitabine et rituximab, avec un profil de sécurité d’emploi prévisible.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un besoin non satisfait persiste concernant les options thérapeutiques des patients atteints d’un LNH en rechute/réfractaire.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III PIX306 a été menée afin d’évaluer l’association pixantrone et rituximab (n = 155), comparativement à l’association gemcitabine et rituximab (n = 157), chez 312 patients atteints d’un LNH à cellules B agressif en rechute ne pouvant pas faire l’objet d’une chimiothérapie à haute dose et d’une GCS.
  • 78,5 % des patients étaient atteints d’un lymphome diffus à grandes cellules B de novo.
  • Les patients avaient rechuté après avoir reçu au moins un schéma à base de rituximab.
  • L’âge médian des patients était de 73,0 ans (intervalle : 26–91).
  • Financement : Cell Therapeutics, Inc.

Principaux résultats

  • SSP médiane : 7,3 mois (IC à 95 % : 5,2–8,4) avec le pixantrone, contre 6,3 mois (IC à 95 % : 4,4–8,1) avec la gemcitabine (P = 0,28).
  • 85,0 % des patients sous pixantrone et 88,6 % des patients sous gemcitabine ont présenté des événements indésirables de grades 3–4, les plus fréquents étant : la neutropénie (63,7 % contre 55,7 %), l’anémie (17,0 % contre 37,6 %) et la thrombocytopénie (11,1 % contre 36,9 %).

Limites

  • Le critère d’évaluation principal n’a pas été rempli ; les critères d’évaluation secondaires n’ont pas été formellement évalués.