LMC pédiatrique : les données obtenues chez les adultes influencent-elles l’arrêt du traitement par ITK ?

  • de Bruijn CMA & al.
  • Br J Haematol
  • 6 mars 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Plus des deux tiers des patients pédiatriques étudiés, atteints d’une leucémie myéloïde chronique (LMC), ont présenté une rechute moléculaire après l’arrêt de l’imatinib.
  • Ces résultats diffèrent de ceux obtenus dans les études STIM et EURO-SKI, menées auprès d’adultes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données obtenues dans le cadre d’études menées auprès d’adultes atteints d’une LMC pourraient avoir influencé les décisions concernant l’arrêt des inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) chez les patients pédiatriques.

Protocole de l’étude

  • L’étude STOP IMAPED a été menée afin d’évaluer les effets de l’arrêt de l’imatinib chez 14 patients pédiatriques atteints d’une LMC et ayant obtenu une rémission moléculaire profonde (RMP) pendant au moins 2 ans.
  • Tous les patients avaient obtenu une RMP après une durée médiane de 16 mois (intervalle : 6–91).
  • L’âge médian au moment de l’arrêt du traitement était de 14 ans (intervalle : 9–23).
  • Les données pour les années 2015 et 2016 ont été obtenues à partir de l’Étude internationale sur la LMC pédiatrique (I-CML-ped).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.  

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 105 mois (intervalle : 51–183).
  • 10 des 14 patients ont présenté une rechute moléculaire à une médiane de 3 mois (intervalle : 1–6) après l’arrêt de l’imatinib ; 7 ont repris le traitement par imatinib, 3 ont commencé un traitement par dasatinib.
  • L’ensemble des 10 patients ont à nouveau obtenu une RMP après une durée médiane de 8,5 mois (intervalle : 1–34).
  • Au moment de l’analyse, l’ensemble des patients étaient vivants et aucun cas de progression à la phase avancée n’avait été rapporté.
  • La probabilité de maintenir une RMP 6 mois après l’arrêt du traitement était de 28,6 %.
  • Une analyse univariée n’a identifié aucun facteur prédictif significatif de RMP durable.

Limites

  • Données rétrospectives ; échantillon de taille imitée.