LMC-PC : le dasatinib à faible dose offre une efficacité durable avec une bonne tolérabilité

  • Naqvi K & al.
  • Cancer
  • 25 sept. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’une leucémie myéloïde chronique en phase chronique avec chromosome Philadelphie positif (LMC-PC Ph+) nouvellement diagnostiquée ont obtenu une réponse forte et durable à la moitié de la dose quotidienne approuvée de dasatinib.

Pourquoi est-ce important ?

  • La réduction de la dose de dasatinib pourrait offrir une efficacité maintenue, tout en réduisant les interruptions de traitement dues à des événements indésirables.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin de fournir des résultats à long terme mis à jour pour 81 patients recevant un traitement de première intention par dasatinib à faible dose (50 mg/jour) dans le cadre d’une LMC-PC Ph+.
  • Financement : Programme d’excellence en recherche spécialisé dans le domaine de la leucémie du Centre de cancérologie MD Anderson (MD Anderson Cancer Center Leukemia Specialized Programs of Research Excellence) ; Fonds de recherche sur le cancer Charif Souki (Charif Souki Cancer Research Fund).

Principaux résultats

  • Transcriptions de BCR-ABL1 à 3 mois :
    • 10 % ou moins : 96 % ;
    • 1 % ou moins : 77 %.
  • Taux de réponse cytogénétique complète (RCyC) cumulé :
    • 77 % à 6 mois ; 95 % à 12 mois ; estimation de 98 % à 18 mois.
  • Taux de réponse moléculaire majeure (RMM) cumulé :
    • réduction logarithmique de 4,0 : 22 % à 6 mois ; 55 % à 12 mois ; estimation de 68 % à 18 mois ;
    • réduction logarithmique de 4,5 : 15 % à 6 mois ; 49 % à 12 mois ; estimation de 59 % à 18 mois.
  • Au moment de l’analyse, 77 patients participaient toujours à l’essai et 5 patients avaient présenté un échec de traitement.
  • Le taux de survie sans événement et de SG à 2 ans était de 100 %.
  • Le traitement a été généralement bien toléré.

Limites

  • 66 % des patients présentaient une maladie à faible risque selon le score de Sokal.