LMC-PC : la réduction du traitement par ITK peut-elle permettre d’obtenir une meilleure rémission sans traitement ?

  • Clark RE, et al.
  • Lancet Haematol
  • 11 juin 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La réduction initiale du traitement par inhibiteur de la tyrosine kinase (ITK) avant l’arrêt complet pourrait permettre à un plus grand nombre de patients atteints d’une leucémie myéloïde chronique en première phase chronique (LMC-PC) d’obtenir une rémission sans traitement durable.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les études antérieures sur l’arrêt des ITK ont porté sur un arrêt brutal chez des patients présentant une réponse moléculaire stable RM4 (rapport BCR-ABL/ABL inférieur ou égal à 0,01 %).

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II DESTINY a évalué la faisabilité d’un arrêt du traitement par ITK après une réduction à une demi-dose pendant 12 mois, chez 174 patients atteints d’une LMC-PC.
  • Les patients ont été stratifiés selon la profondeur de la réponse : 49 patients présentaient une réponse moléculaire majeure (RMM ; rapport BCR-ABL/ABL inférieur ou égal à 0,1 %) ; 125 présentaient une RM4.
  • À l’inclusion, les patients avaient reçu de l’imatinib (n = 148), du nilotinib (n = 16) ou du dasatinib (n = 10) pendant une durée médiane de 6,9 ans (intervalle interquartile : 4,8–10,2).
  • Financement : Université de Newcastle (Newcastle University) et Bloodwise.

Principaux résultats

  • À la fin de l’essai après 36 mois :
    • La survie sans récidive (SSR) était de 72 % (IC à 95 % : 64–80 %) chez les patients présentant une RM4.
    • La SSR était de 36 % (IC à 95 % : 25–53 %) chez les patients présentant une RMM.
    • Une réduction significative de la SSR a été observée dans le cas d’une RMM, comparativement à une RM4 (statistique logarithmique par rangs de 27,11 ; P 
  • Tous les patients présentant une récidive ont repris leur traitement antérieur par ITK ; tous ont retrouvé une RMM dans les cinq mois.  

Limites

  • Les évaluations moléculaires locales au cours de la période d’observation avant l’essai n’ont pas été réalisées à l’échelle internationale.