LMC-PC : l’imatinib permet d’obtenir une excellente réponse et une toxicité faible chez les patients très âgés

  • Crugnola M & al.
  • Ann Hematol
  • 7 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’imatinib pourrait représenter la meilleure option pour le traitement de première intention des patients très âgés atteints d’une leucémie myéloïde chronique en phase chronique (LMC-PC) nouvellement diagnostiquée, car il offre un taux de réponse remarquable et un faible taux d’événements indésirables (EI) hématologiques/non hématologiques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients âgés de 75 ans et plus sont généralement exclus des essais cliniques.

Protocole de l’étude

  • Une analyse des résultats en situation réelle obtenus chez 263 patients, âgés de plus de 75 ans et traités par imatinib pour une LMC-PC nouvellement diagnostiquée, a été réalisée.
  • L’âge médian des patients était de 78,5 ans (intervalle : 75,0–93,5).
  • 55,8 % des patients présentaient 2–3 comorbidités.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • 92,8 % des patients ont obtenu une réponse hématologique complète.
  • 184 patients ont obtenu une réponse cytogénétique complète, parmi lesquels 148 ont obtenu une réponse moléculaire majeure et 63 une réponse moléculaire profonde.
  • Résultats chez les patients âgés de 80 ans et plus, comparativement aux patients de plus de 75 ans et de moins de 80 ans :
    • survie sans événement à 5 ans similaire : 45,2 % (IC à 95 % : 34,0–56,4 %), contre 54,5 % (IC à 95 % : 46,3–62,7 % ; P = 0,098) ;
    • SG à 5 ans plus défavorable : 61,6 % (IC à 95 % : 50,0–73,2 %), contre 75,7 % (IC à 95 % : 68,5–82,9 % ; P = 0,003).
  • L’incidence d’EI de grades 3-4 était similaire entre les patients âgés de 80 ans et plus et ceux de plus de 75 ans et de moins de 80 ans :
    • EI hématologiques : 23,9 % contre 20,3 % (P = 0,495) ;
    • EI non hématologiques : 18,7 % contre 19,7 % (P = 0,842).
  • 37,2 % des patients n’ont nécessité aucune réduction/interruption de la dose en raison d’une toxicité au cours de la période d’observation.  

Limites

  • Protocole rétrospectif.