LMC : les résultats après le passage de l’imatinib princeps à l’imatinib générique

  • Bonifacio M & al.
  • Leuk Res
  • 2 oct. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients atteints d’une leucémie myéloïde chronique (LMC) en phase chronique qui sont passés de l’imatinib princeps à l’imatinib générique n’ont présenté aucun changement significatif quant à l’efficacité ou la sécurité d’emploi. 

Pourquoi est-ce important ?

  • L’imatinib est le traitement le plus largement utilisé dans le cadre de la LMC ; une formulation générique de ce médicament est devenue disponible en 2017 en Italie.

Protocole de l’étude

  • L’étude visait à examiner les changements de la sécurité d’emploi et de l’efficacité chez 294 patients italiens atteints d’une LMC qui étaient passés de l’imatinib princeps à l’imatinib générique après plus de six mois d’utilisation de l’imatinib princeps.
  • Âge médian des patients : 57 ans (intervalle : 19–87) ; 55 % des patients avaient un score de Sokal indiquant un faible risque.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 58 % des patients ont présenté au moins un EI avec l’imatinib princeps ; les EI les plus fréquents ont inclus : crampes musculaires, rétention liquidienne et diarrhée.
  • 7,5 mois après le changement, 17 % des patients ont rapporté un nouvel EI ou l’aggravation d’un EI existant ; les nouveaux EI/les EI s’étant aggravés les plus fréquents ont inclus : nausées, diarrhée et crampes musculaires.
  • La plupart des nouveaux EI sont apparus dans les trois mois suivant le changement.
  • Réponse moléculaire post-changement :
    • Inchangée chez 60,9 % des patients.
    • Améliorée chez 25,5 % des patients.
    • Réduite chez 13,6 % des patients.
  • 3,4 % des patients sont revenus à l’imatinib princeps ou à un autre inhibiteur de la tyrosine kinase.

Limites

  • Les EI ont été enregistrés par des cliniciens, et non sous la forme de résultats déclarés par les patients, ce qui a peut-être facilité la sous-déclaration des EI légers.