LMC : les lésions cutanées associées au dasatinib sont-elles activées par l’immunité ?

  • Tarantini F, et al.
  • Cancer Manag Res
  • 26 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie myéloïde chronique (LMC), le dasatinib a été associé à une faible incidence de lésions cutanées, qui peuvent se manifester comme l’expression d’une lymphocytose associée au médicament.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’utilisation d’inhibiteurs de la tyrosine kinase (ITK) chez des patients atteints d’une LMC a été associée, dans diverses mesures, à des événements indésirables (EI) cutanés. Les incidences issues de plusieurs études comprennent :
    • 33,9 % d’éruptions cutanées de tout grade sous imatinib à 12 mois ;
    • 31 % d’éruptions cutanées de tout grade sous nilotinib à 12 mois.
  • On sait peu de choses concernant l’incidence des EI cutanés avec le dasatinib.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer la prévalence et les caractéristiques des EI cutanés chez 67 patients atteints d’une LMC traités par dasatinib au cours de la période 2007–2018. 
  • 39 % des patients ont reçu du dasatinib comme traitement de première intention, 61 % comme traitement ultérieur.
  • Financement : Associazione Italiana contro le Leucemie-BARI.

Principaux résultats

  • 5,9 % des patients ont présenté des lésions cutanées, tous au cours du traitement de première intention, à l’exception d’un cas.
  • À l’exception d’un cas, toutes les lésions sont survenues pendant la réponse moléculaire profonde.
  • Les lésions étaient situées le plus souvent au niveau du dos, de l’abdomen, du thorax et des jambes.
  • Lors de l’analyse histologique, les lésions étaient caractérisées par un infiltrat dermique léger composé de lymphocytes T cytotoxiques périvasculaires CD8+.

Limites

  • Analyse rétrospective.