LMC : le fardeau économique de l’infection est plus élevé avec le dasatinib qu’avec le nilotinib

  • Seiter K & al.
  • Adv Ther
  • 28 août 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le dasatinib était associé à un fardeau économique de l’infection plus important, comparativement au nilotinib, dans le traitement de première intention et de deuxième intention de la leucémie myéloïde chronique (LMC).   

Pourquoi est-ce important ?

  • Le traitement de la LMC peut être à vie ; les effets secondaires sont un facteur essentiel à prendre en compte pour choisir un traitement favorisant l’observance des patients.

Protocole de l’étude

  • Une étude visant à évaluer le coût de l’utilisation des ressources de soins de santé (URS) chez les patients atteints d’une LMC nouvellement diagnostiquée, recevant du dasatinib ou du nilotinib en traitement de première ou de deuxième intention, a été menée.
  • Les patients ont été stratifiés dans quatre cohortes différentes :
    • Dasatinib en première intention : n = 1 156.
    • Dasatinib en deuxième intention : n = 322.
    • Nilotinib en première intention : n = 677.
    • Nilotinib en deuxième intention : n = 207.
  • Financement : Novartis Pharmaceutical Corporation.

Principaux résultats

  • Une URS liée à l’infection significativement plus élevée, y compris un nombre de jours d’hospitalisation plus important, a été constatée dans les cas suivants :
    • Dasatinib en première intention, par rapport au nilotinib en première intention (rapport du taux d’incidence ajusté [Adjusted Incidence Rate Ratio, aIRR] = 2,05 ; P = 0,021).
    • Dasatinib en deuxième intention, par rapport au nilotinib en deuxième intention (aIRR = 12,08 ; P = 0,004).
  • Les jours d’hospitalisation liés à l’infection représentaient :
    • 53 % (0,9/1,7) des jours d’hospitalisation toutes causes confondues chez les patients sous dasatinib en première intention.
    • 50 % (0,6/1,2) des jours d’hospitalisation toutes causes confondues chez les patients sous nilotinib en première intention.
    • 58 % (2,1/3,6) des jours d’hospitalisation toutes causes confondues chez les patients sous dasatinib en deuxième intention.
    • 46 % (0,6/1,3) des jours d’hospitalisation toutes causes confondues chez les patients sous nilotinib en deuxième intention.

Limites

  • Données rétrospectives.