LMA pédiatrique : un schéma thérapeutique à base de clofarabine permet d’éviter les anthracyclines et de maintenir la survie

  • Rubnitz JE & al.
  • J Clin Oncol
  • 27 juin 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre de la leucémie myéloïde aiguë (LMA) infantile, l’association clofarabine à faible dose et cytarabine pendant l’induction de la rémission a permis de réduire l’exposition à la daunorubicine et à l’étoposide, sans différence significative au niveau de la survie à trois ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • La toxicité cardiaque tardive associée aux anthracyclines demeure un problème significatif dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III AMLO8 a été mené, afin d’évaluer le remplacement de l’association daunorubicine et étoposide par de la clofarabine à faible dose pendant l’induction de rémission, chez des patients pédiatriques atteints d’une LMA.
  • Induction I : 129 patients ont reçu l’association clofarabine et cytarabine (Clo/AraC) ; 133 ont reçu de la cytarabine à haute dose, de la daunorubicine et de l’étoposide (HD-ADE).
  • Le traitement d’induction II et le traitement de consolidation ont été déterminés de manière individualisée.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; Association des organisations caritatives américaines, libanaises et syriennes (American Lebanese Syrian Associated Charities).

Principaux résultats

  • Traitement d’induction I, jour 22 :
    • 47 % des patients présentaient une maladie résiduelle (MR) positive avec Clo/AraC, contre 35 % avec HD-ADE : rapport de risque (RR) de 1,86 (IC à 95 % : 1,03–3,41 ; P = 0,04).
  • Après le traitement d’induction II :
    • taux de rémission complète de 93,0 % (IC à 95 % : 87,2–96,8 %) avec Clo/AraC, contre 92,5 % (IC à 95 % : 86,6–96,3 %) avec HD-ADE (P = 1,0) ;
  • taux de survie sans événement à 3 ans de 52,9 % (IC à 95 % : 44,6–62,8 %) avec Clo/AraC, contre 52,4 % (IC à 95 % : 44,0–62,4 %) avec HD-ADE (P = 0,95) ;
  • taux de SG à 3 ans de 74,8 % (IC à 95 % : 67,1–83,3 %) avec Clo/AraC, contre 64,6 % (IC à 95 % : 56,2–74,2 %) avec HD-ADE (P = 0,1).

Limites

  • L’étude ne disposait pas d’une puissance statistique suffisante pour les résultats de survie.