LMA : le pazopanib montre une efficacité limitée dans une étude de phase II

  • Kessler T & al.
  • Ann Hematol
  • 21 mars 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude de phase II menée auprès de patients atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) en rechute/réfractaire (R/R) ou nouvellement diagnostiquée, non éligibles à un traitement intensif, le pazopanib a été bien toléré, mais n’a montré qu’une efficacité limitée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Après une réponse complète, la majorité des patients atteints d’une LMA présentent une rechute un à deux ans après le début du traitement ; de nouvelles alternatives thérapeutiques sont nécessaires.
  • Le pazopanib est un inhibiteur de la tyrosine kinase (ITK) compétitif de l’adénosine triphosphate (ATP) par voie orale, actuellement autorisé dans le cadre du traitement du cancer du rein.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II a été menée afin d’évaluer le pazopanib chez 25 patients atteints d’une LMA et non éligibles à un traitement intensif.
  • Âge médian des patients : 76 ans (intervalle : 52–86).
  • 15 patients (75 %) étaient atteints d’une maladie R/R, et 25 % d’une maladie nouvellement diagnostiquée.
  • Financement : GSK ; Novartis, Allemagne.

Principaux résultats

  • Aucune réduction significative de la densité des microvaisseaux dans la moelle osseuse n’a été observée (P = 0,677).
  • Les événements indésirables de grade 3 associés au pazopanib comprenaient la nausée (n = 2), la fatigue (n = 3), l’hypertension (n = 1) et l’augmentation du taux de bilirubine sanguine (n = 1).
  • 10 % des patients ont obtenu une réponse partielle (définie comme une réduction de plus de 50 % de l’élévation de la numération des blastes dans le sang périphérique et la moelle osseuse, comparativement à l’inclusion).
  • SSP médiane : 65 jours (IC à 95 % : 29–105).
  • SG médiane : 191 jours (IC à 95 % : 87–435).
  • Le taux de survie à 1 an est de 35 %.

Limites

  • Protocole de l’étude à groupe unique.