LMA : l’anxiété et la dépression sont associées à une moins bonne survie

  • Ding T & al.
  • Medicine (Baltimore)
  • 1 oct. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Comparativement aux témoins en bonne santé, les patients atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) présentent une augmentation de la prévalence et de la sévérité de l’anxiété et de la dépression, qui ont également été associées à de moins bons résultats de survie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le fardeau psychologique de la LMA a été associé à diverses affections psychiatriques, parmi lesquelles l’anxiété et la dépression sont les plus fréquentes.

Protocole de l’étude

  • L’étude a été menée afin d’évaluer les associations entre l’anxiété/la dépression et les résultats chez des patients atteints d’une LMA.
  • Population de l’étude : 208 patients atteints d’une LMA ; 200 témoins appariés en fonction de l’âge et du sexe.
  • L’âge moyen des patients était de 48,6 ± 14,1 ans.
  • Mesure clé : l’échelle hospitalière d’évaluation de l’anxiété et de la dépression (Hospital Anxiety and Depression Scale, HADS).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Chez les patients atteints d’une LMA, comparativement aux témoins :
    • Le score de la HADS pour l’anxiété (P 
    • Le score de la HADS pour la dépression (P 
    • Aucune corrélation n’a été identifiée entre l’anxiété/la dépression et les caractéristiques cliniques (P > 0,05 pour tous).
    • Aucune différence significative n’a été observée au niveau du taux d’anxiété (P = 0,178) ou de dépression (P = 0,512) entre les patients ayant obtenu ou non une réponse complète.
  • La survie sans événement était plus courte chez les patients atteints d’une LMA avec anxiété, comparativement à ceux ne faisant pas l’objet d’une anxiété (P = 0,013).
  • La survie globale (SG) était plus courte chez les patients atteints d’une LMA avec anxiété, comparativement à ceux ne faisant pas l’objet d’une anxiété (P = 0,015).

Limites

  • Étude menée dans un seul établissement en Chine.