LMA chez les personnes âgées : la chimiothérapie intensive et la décitabine offrent une SG similaire

  • Choi EJ & al.
  • Clin Lymphoma Myeloma Leuk
  • 20 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients âgés atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA), le traitement d’induction par décitabine a été associé à un taux de réponse plus faible, comparativement à la chimiothérapie intensive (CI), mais n’a pas entraîné de différence significative en termes de SG.
  • Les patients présentant des anomalies cytogénétiques spécifiques peuvent être plus susceptibles d’obtenir un bénéfice de survie avec la CI.

Pourquoi est-ce important ?

  • La fragilité et la présence d’une maladie chimiorésistante compliquent l’identification des patients âgés atteints d’une LMA qui peuvent retirer un bénéfice d’un traitement agressif.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les résultats chez des patients âgés de de 65 ans et plus, atteints d’une LMA nouvellement diagnostiquée et recevant un traitement d’induction par décitabine (n = 75) ou une CI (n = 32).
  • L’âge médian au moment du diagnostic était de 71 ans (intervalle : 65–81).
  • 33 patients présentaient des caractéristiques cytogénétiques à risque défavorable.
  • Financement : Fondation nationale coréenne pour la recherche ; Institut asiatique des sciences de la vie, Corée.   

Principaux résultats

  • Le taux de réponse globale (TRG) était de 65,6 % avec la CI, contre 26,1 % avec la décitabine (P 
  • Le taux de rémission complète (RC) était de 65,6 % avec la CI, contre 13,0 % avec la décitabine (P 
  • La SG médiane était de 14,8 mois avec la CI, contre 11,0 mois avec la décitabine (P = 0,124).
  • Chez les patients présentant une mutation FLT3-ITD, la CI était associée à un taux de RC plus élevé (P = 0,005) et à une SG plus longue (P = 0,025).
  • Chez les patients présentant des caractéristiques cytogénétiques à risque défavorable autres que -7del(7q), la CI était associée à un taux de RC plus élevé (P = 0,001), à une SG plus longue (P = 0,005) et à une SSE plus longue (P = 0,011).

Limites

  • Échantillon de taille limitée.