LMA chez les personnes âgées : l’ajout de lomustine à la chimiothérapie améliore les résultats

  • Pigneux A & al.
  • J Clin Oncol
  • 27 sept. 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients âgés atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) sans paramètres cytogénétiques défavorables, l’ajout de lomustine à une chimiothérapie conventionnelle a permis d’obtenir des améliorations de la survie post-induction et d’autres résultats.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pronostic demeure défavorable dans ce contexte, avec une survie médiane généralement inférieure à un an.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase III a été menée afin de comparer les résultats obtenus avec une chimiothérapie conventionnelle avec ou sans lomustine, chez des patients de 60 ans et plus atteints d’une LMA et sans paramètres cytogénétiques défavorables.  
  • 227 patients ont reçu de l’idarubicine, de la cytarabine et de la lomustine ; 232 ont reçu de l’idarubicine et de la cytarabine.
  • Financement : Bourses de l’Institut national français du cancer.

Principaux résultats

  • L’ajout de lomustine n’a eu aucun effet significatif sur la SG au cours du traitement d’induction : RR : 1,67 ; IC à 95 % : 0,88–3,15 ; P = 0,11.
  • La SG à deux ans post-induction était de 56 % (IC à 95 % : 49–62 %) avec la lomustine, contre 48 % (IC à 95 % : 41–55 %) sans lomustine (P = 0,04).
  • Taux de réponse complète/réponse complète avec rétablissement hématologique incomplet de 84,7 % avec la lomustine, contre 74,9 % sans lomustine : RC : 1,86 ; IC à 95 % : 1,15–3,04 ; P = 0,01.
  • L’incidence cumulative de rechute à deux ans était de 40,2 % (IC à 95 % : 34,6–49,2 %) avec l’ajout de lomustine, contre 60,3 % (IC à 95 % : 53,8–68,9 %) sans lomustine (P = 0,003).
  • 62 % des patients ont présenté des événements indésirables de grades 3/4 avec l’ajout de lomustine, contre 52 % sans lomustine (P = 0,04).

Limites

  • Étude en ouvert.