LMA avec mutation de NPM1 : le gemtuzumab ozogamicine ajouté à l’induction, en première consolidation, permet de réduire les récidives

  • Schlenk RF & al.
  • J Clin Oncol
  • 18 déc. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) avec mutation de la nucléophosmine-1 (NPM1) nouvellement diagnostiquée, l’ajout du gemtuzumab ozogamicine (GO) à l’induction n’a pas permis d’améliorer significativement la survie sans événement (SSE) précoce en raison d’un taux élevé de décès précoces.
  • Les patients ayant obtenu une rémission complète (RC) ou une RC avec récupération hématologique incomplète (RCi) après l’induction ont présenté une incidence cumulée des récidives (ICR) inférieure.

Pourquoi est-ce important ?

  • Environ 20 à 33 % des adultes atteints d’une LMA sont porteurs d’une mutation de NPM1, qui a également été associée à une forte expression du CD33.

Protocole de l’étude

  • Les premières conclusions de l’étude de phase III AMLSG 09-09 visant à examiner les résultats de l’induction par idarubicine, cytarabine, étoposide et acide-tout-trans-rétinoïque (ATTR) et une première consolidation avec (n = 292 ; groupe GO) ou sans (n = 296 ; groupe standard) GO chez 588 patients atteints d’une LMA avec mutation de NPM1 nouvellement diagnostiquée, ont été analysées.
  • L’âge médian des patients était de 58,7 ans (intervalle : 18,4–82,3).
  • Financement : Else-Kroner-Fresenius Stiftung ; Pfizer ; Amgen.

Principaux résultats

  • À l’analyse univariée :
    • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes de traitement en termes de SSE :
      • RR : 0,83 (IC à 95 % : 0,65–1,04 ; P = 0,10).
  • L’incidence de la mortalité était de 5,7 % pendant l’induction dans le groupe standard contre 10,3 % avec le GO.
  • L’ICR à 2 ans était de 36,9 % (IC à 95 % : 30,8–43,0 %) dans le groupe standard contre 25,5 % (IC à 95 % : 19,7–31,2 %) avec le GO.

Limites

  • Étude menée en ouvert.