LMA à caryotype diploïde : une expression élevée de p53 est associée à une moins bonne SSM

  • Assi R & al.
  • Am J Hematol
  • 20 août 2018

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une expression élevée de la protéine p53 est observée chez certains patients atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) à caryotype diploïde normal et est associée à une moins bonne SSM. Identifier ces patients pourrait permettre de réévaluer le risque et la nécessité de mettre en place un traitement d’entretien après l’allogreffe de cellules souches (allo-GCS).

Pourquoi est-ce important ?

  • La LMA a caryotype diploïde est actuellement classée comme une maladie à risque intermédiaire.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer les associations entre l’expression de p53, telle qu’évaluée par immunohistochimie au moment du diagnostic, et les résultats chez 100 patients atteints d’une LMA de novo à caryotype diploïde.
  • L’âge médian des patients était de 53 ans (intervalle : 18–79).
  • Une expression élevée de p53 (p53élevé) était définie comme une intensité de coloration forte et un taux de cellules positives d’au moins 5 % du total des cellules nucléées de la moelle osseuse.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Le statut p53élevé était associé à :
    • Une numération plaquettaire plus faible (P = 0,002).
    • Une fréquence plus faible d’expression blastique de CD34 (P = 0,009).
    • Un taux plus élevé de mutation par duplication en tandem interne de FLT3 (P = 0,002).
  • SSM médiane de 9 mois chez les patients avec le statut p53élevé, contre 40 mois chez les patients avec le statut p53faible (RR : 0,82 ; IC à 95 % : 0,43–1,56 ; P = 0,026).
  • Une corrélation entre le statut p53élevé et une SSM inférieure a été identifiée à l’analyse multivariée chez les patients ayant fait l’objet d’une allo-GCS (RR : 4,787 ; IC à 95 % : 1,27–18,00 ; P = 0,012).

Limites

  • Données rétrospectives.