LLTA : le mogamulizumab est associé à la formation d’auto-anticorps dirigés contre la peau

  • Suzuki Y & al.
  • Clin Cancer Res
  • 24 avr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie/d’un lymphome T de l’adulte (LLTA), l’érythème polymorphe induit par le mogamulizumab était associé à la formation d’auto-anticorps reconnaissant les cellules cutanées saines.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le mogamulizumab est un anticorps anti-CCR4 qui offre un bénéfice clinique aux patients atteints d’une/d’un LLTA ; il est probable qu’il soit prochainement autorisé dans le cadre du traitement d’autres tumeurs malignes.
  • Les événements indésirables (EI) du mogamulizumab comprennent habituellement des réactions cutanées, telles que l’érythème polymorphe, et comprennent dans de rares cas des EI graves, tels qu’un syndrome de Stevens-Johnson/une nécrolyse épidermique toxique.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer si les EI cutanés liés au traitement par mogamulizumab sont associés à la formation d’auto-anticorps chez les patients atteints d’une/d’un LLTA.
  • Financement : Kyowa Hakko Kirin Co. Ltd ; Agence japonaise pour la recherche et le développement en médecine.  

Principaux résultats

  • Parmi les patients présentant un érythème polymorphe induit par le mogamulizumab :
    • six patients sur huit présentaient des auto-anticorps reconnaissant les kératinocytes et les mélanocytes dans le sérum ;
    • des auto-anticorps ont été identifiés dans l’épiderme de l’ensemble des 12 échantillons de biopsie ;
    • plus de 50 % des gènes germinaux de l’IgM venaient d’apparaître au moment de l’érythème chez 6 patients sur 7 ;
    • chez 8 patients sur 12, la co-localisation d’auto-anticorps et de C1q suggérait une cytotoxicité dépendante du complément.
  • Aucun auto-anticorps n’a été détecté au niveau des 13 lésions cutanées liées à la/au LLTA.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.