LLC : une signature de 17 gènes prédit une rémission durable dans le cas d’un traitement de première intention par FCR

  • Herling CD & al.
  • Lancet Oncol
  • 30 sept. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une signature reproductible de 17 gènes a identifié avec succès les patients naïfs de traitement atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique (LLC) sans mutation des gènes des régions variables des chaînes lourdes de l’immunoglobuline (Immunoglobulin Heavy Chain Variable, IGHV), qui étaient susceptibles d’obtenir une rémission à long terme après un traitement de première intention par fludarabine, cyclophosphamide et rituximab (FCR).

Pourquoi est-ce important ?

  • Prédire la réponse au schéma FCR pourrait permettre d’éclairer la sélection du traitement.  

Protocole de l’étude

  • Cette étude a été menée afin de développer une signature génétique permettant d’identifier les patients atteints d’une LLC susceptibles d’obtenir une rémission durable après un traitement par FCR.
  • Un profilage transcriptionnel a été réalisé chez 101 patients atteints d’une LLC, qui avaient reçu au moins 3 cycles de FCR au Centre de cancérologie MD Anderson (MD Anderson Cancer Center, MDACC) de l’Université du Texas (University of Texas).
  • Les résultats ont été validés chez 109 patients atteints d’une LLC sans mutation des gènes IGHV et traités par FCR, issus de l’essai CLL8 du Groupe d’étude allemand sur la leucémie lymphocytaire chronique.
  • Financement : Fondation mondiale pour la recherche sur la leucémie lymphocytaire chronique (Chronic Lymphocytic Leukaemia Global Research Foundation) et les Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health)/l’Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Les analyses ont identifié 17 gènes qui différenciaient les patients sans mutation des gènes IGHV à risque intermédiaire ou défavorable de progression après un traitement de première intention par FCR (rapport de risque [RR] spécifique à la cause : 3,83 ; IC à 95 % : 1,94–7,59 ; P 
  • Lors de la validation de la signature de 17 gènes dans la cohorte CLL8 :
    • Le délai médian jusqu’à la progression chez les patients présentant un pronostic défavorable était de 39 mois (intervalle interquartile [IIQ] : 22–69), contre 59 mois (IIQ : 28–84) chez ceux présentant un pronostic intermédiaire.

Limites

  • Données rétrospectives.