LLC R/R : l’ibrutinib permet d’obtenir un bénéfice de SSP durable dans l’étude RESONATE

  • Byrd JC & al.
  • Blood
  • 6 mars 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique en rechute/réfractaire (LLC R/R), un traitement prolongé par ibrutinib a permis d’obtenir un bénéfice de SSP durable, même en cas de caractéristiques cytogénétiques à risque plus élevé.  

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans ce contexte, il est possible d’obtenir une rémission durable avec l’association de fludarabine, de cyclophosphamide et de rituximab (FCR), mais de nombreux patients ne sont pas en mesure de recevoir l’association FCR.  

Protocole de l’étude

  • Il s’agit du suivi à long terme de l’étude de phase III RESONATE, menée afin d’évaluer l’ibrutinib en monothérapie (n = 195), comparativement à l’ofatumumab en monothérapie (n = 196), chez des patients atteints d’une LLC R/R.
  • Financement : Pharmacyclics LLC et Janssen Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 44 mois (intervalle : 0,33–53,16).
  • La SSP médiane n’a pas été atteinte (non atteinte, NA) avec l’ibrutinib, contre 8,1 mois avec l’ofatumumab : RR de 0,133 ; IC à 95 % : 0,099–0,178 ; P 
  • La SSP médiane était NA chez les patients ayant reçu 2 lignes de traitement antérieures ou moins, contre 35,1 mois chez les patients ayant reçu plus de 2 lignes de traitement.
  • Le bénéfice de SSP observé s’étendait à tous les sous-groupes étudiés, y compris ceux présentant une maladie avec del(17)p (RR : 0,125 ; IC à 95 % : 0,074–0,210) et une maladie avec mutation de TP53 (RR : 0,172 ; IC à 95 % : 0,111–0,266).
  • Les patients recevant de l’ibrutinib ont obtenu une meilleure survie que ceux recevant de l’ofatumumab : RR de 0,591 ; IC à 95 % : 0,378–0,926 ; P = 0,0208.
  • Le pourcentage de patients sous ibrutinib ayant obtenu une rémission complète/rémission complète avec rétablissement incomplet de la moelle osseuse comme meilleure réponse a augmenté au fil du temps, passant de 1 % à 6 mois à 9 % à 42 mois.

Limites

  • L’âge médian des patients, 67 ans, était relativement bas.