LLC R/R : l’association vénétoclax et ibrutinib entraîne un taux élevé de MR négative dans une étude de phase II

  • Hillmen P & al.
  • J Clin Oncol
  • 11 juil. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’une leucémie lymphocytaire chronique en rechute/réfractaire (LLC R/R), un schéma à durée fixe de 12 mois à base de vénétoclax et d’ibrutinib a démontré des effets synergiques puissants, entraînant un taux élevé de maladie résiduelle (MR) négative avec une tolérabilité gérable.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ibrutinib et le vénétoclax sont de nouveaux traitements qui ont transformé les résultats dans le cadre de la LLC ; on suppose que leurs mécanismes d’antiprolifération (ibrutinib) et d’activation de l’apoptose (vénétoclax), qui se chevauchent, peuvent se combiner pour produire un effet antitumoral synergique.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase II CLARITY a évalué un traitement de 12 mois à base d’ibrutinib et de vénétoclax chez 54 patients atteints d’une LLC R/R.
  • L’âge médian des patients était de 64 ans (intervalle : 31–83).
  • Financement : Bloodwise, dans le cadre du programme d’accélération des essais (Trials Acceleration Programme) ; Institut national britannique pour la recherche sur la santé (National Institute for Health Research) ; Janssen-Cilag ; AbbVie.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse globale était de 89 %.
  • Le taux de réponse complète ou de réponse complète avec récupération incomplète de la moelle osseuse (MO) était de 51 %.
  • Le taux de MR négative à 14 mois dans la MO était de 36 %.
  • Le taux de MR négative à 14 mois dans le sang périphérique était de 53 %.
  • Après une durée de suivi médiane de 21,1 mois, tous les patients étaient en vie et seul 1 patient avait présenté une progression.
  • Un cas de syndrome de lyse tumorale de grade 3 a été rapporté.
  • Neuf infections de grades 3–4 ont été rapportées.
  • 34 cas de neutropénie de grades 3–4 ont été rapportés.
  • Tous les événements indésirables graves étaient gérables.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.